Publicité

 

Projet de loi C-282 (protection de la gestion de l’offre): La tournée du Bloc s’arrête dans Montcalm

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

CONTENU DE LA VIDÉO

00:00:00 Luc Thériault | Député de Montcalm
00:05:01 Simon-Pierre Savard-Tremblay | Député de Saint-Hyacinthe
00:10:24 Yves Perron | Député de Berthier-Maskinongé
00:13:49 Période de questions

C’est dans son bureau de comté de Mascouche que le député du Bloc Québécois Luc Thériault, parrain du projet de loi C-282 sur la protection de la gestion de l’offre et porte-parole en santé, accueillait ses collègues Yves Perron, porte-parole en matière d’agriculture, d’agroalimentaire et de gestion de l’offre et Simon-Pierre Savard-Tremblay, porte-parole en matière de Commerce international. Le 18 janvier dernier, les trois députés ont entamé une tournée éclair des régions agricoles du Québec, afin de sensibiliser la population et demander à leurs homologues du Parlement d’Ottawa de préserver le modèle agricole québécois en appuyant le projet de loi C-282.

PXL 20230123 1910553951
« Je crois que les gens commencent à se rendre compte que notre agriculture est à la croisée des chemins. Les citoyens doivent prendre les choses en main et exiger de leur député qu’il protège notre modèle agricole. Pour le Québec, les pertes permanentes des producteurs et des transformateurs se chiffrent à au moins un quart de milliard de dollars; et uniquement dans le comté de Montcalm, la gestion de l’offre représente 87 fermes, c’est énorme! C’est notre façon de vivre, et notre liberté de concevoir notre politique alimentaire qui est en jeu. C’est le message que nous allons tenter de livrer. », affirme Luc Thériault.

De négociation en négociation, le système s’effrite et les protections que les producteurs canadiens et québécois avaient acquises, s’érodent au profit d’une entrée accrue des productions étrangères dans nos marchés.

« Les trois derniers accords commerciaux ont réellement mis en péril notre façon de faire l’agriculture. L’Accord Canada-États-Unis-Mexique est définitivement le pire d’entre tous, et on ne peut qu’espérer que nos producteurs et nos transformateurs tiendront le coup jusqu’à ce qu’on trouve une solution. D’autant plus que d’autres négociations restent à venir », témoigne le député de Saint-Hyacinthe—Bagot, Simon-Pierre Savard-Tremblay.

Suite à plusieurs motions unanimes pour empêcher l’effritement de la protection du système, le Bloc Québécois a malheureusement constaté que les gouvernements en place ne se sentaient pas très liés par l’engagement moral de leur vote. Ainsi, le parti a décidé de protéger le système de gestion de l’offre par force de loi, et de redéposer un projet de loi, afin de les obliger à le faire.

« Le gouvernement avait donné sa parole de ne pas toucher à la gestion de l’offre, mais il n’a pas tenu promesse. Or, les libéraux et les députés conservateurs du Québec et le NPD ont voté favorablement à notre premier projet de loi (C-216), mort au feuilleton à cause du déclenchement de l’élection de 2021. Ils doivent rester constants, convaincre leurs collègues et réitérer cet appui à C-282 qui sera voté en février prochain. Il en va de la survie de notre modèle agricole », conclu Yves Perron.

 

  • Créé le .