Sans titre 38
Le conseil d’administration de la paroisse (les marguilliers), a convenu vendredi le 3 avril, avec l’accord du diocèse de Joliette, de faire une mise à pied temporaire, à partir du 16 avril, du Père Fabrice Mpouma, vicaire, et de Mme Elizabeth Szeremeta, secrétaire comptable et organiste attitrée, étant donné la situation financière précaire de la paroisse provoquée par la crise actuelle de la pandémie du COVID 19. La majorité des paroisses subissent les mêmes contraintes actuellement. La situation est exceptionnelle évidemment. Grâce au programme fédéral d’urgence, Fabrice et Elizabeth pourront demander l’aide annoncée de 2,000 $ par mois, pour quatre mois, et sans aucun doute prêter leur concours aux paroissiens à titre de bénévole; les autorités diocésaines vérifient actuellement leur droit de le faire. Quant au curé, je ne reçois pas de salaire puisque je suis « retraité » mais non retiré et toujours actif.

Notre évêque a émis la consigne de ne pas distribuer de rameaux pendant la pandémie. On verra après. Dans l’ensemble, toutes les activités prévues, même les funérailles, les baptêmes, la fête de Pâques sont reportées sine die. Utilisons les médias sociaux pour l’instant et soyons inventifs pour communiquer ensemble à distance. Respectons les consignes de sécurité.

La situation financière de la paroisse est la suivante : les dépenses incompressibles, assurance, électricité, communications, frais bancaires, taxe diocésaine, frais de la marge de crédit sont de 4,000$ par mois, tandis que les revenus qui restent, location du clocher, du presbytère et dons par dépôt direct, sont de 3,500$. En juillet, nous n’auront aucune réserve ou liquidité pour payer les comptes.

Aussi, je fais un appel à tous, et spécialement aux paroissiens en mesure de le faire. Envoyez votre dîme annuelle maintenant, ainsi que votre quête habituelle, soit par la poste, au 2431 Victoria, soit par Interac, avec la question :

Quel est le nom du Curé ? Réponse, (respecter les majuscules, tout ensemble, pas d’espace) AndréChevalier.

Je suis très conscient que nous passerons au travers et que ça va bien aller. Une chose certaine, c’est l’inconnu qui nous attend. Désormais, les choses ne seront plus jamais pareilles.

1000 caractères restants