Qs Encart1En cette deuxième semaine de campagne, il a été beaucoup question d’agriculture et d’environnement sur le terrain. Hélène Dubé de Québec Solidaire, professeur de permaculture, connaît bien les enjeux et est convaincu qu’il faut mettre les moyens nécessaire, 160 M$ par année, pour aider le secteur agricole à se tourner vers le futur.

"L’achalandage des journées portes ouvertes de l’UPA démontre l’intérêt des citoyens et citoyennes. Ils veulent savoir d’où proviennent leurs aliments et qui les produit. C’est important de protéger la biodiversité afin de maintenir l’équilibre de la nature : sans pollinisateurs, il n’y aura plus d’agriculture donc plus de nourriture. Nous avons droit à des aliments sains pour nous et nos enfants", déclare Hélène Dubé.

Nos agricultrices et agriculteurs ont aussi des revendications importantes. "Nous devons les protéger par un moratoire sur le dézonage des terres agricoles et en empêchant la spéculation qui fait mal de plusieurs façons. Nous allons mettre en place une politique alimentaire d’approvisionnement local pour les institutions publics et parapublics (CPE, hôpitaux, CEGEP, etc.) et soumettre les produits étrangers aux mêmes normes environnementales que ce que nous exigeons de nos producteurs", ajoute Hélène Dubé.

Québec Solidaire est le parti qui présentent des réponses concrètes aux attentes de notre relève agricole afin qu’elle puisse avoir revenu décent et une bonne qualité de vies. Sur le 160M$ que Québec Solidaire investira annuellement en agriculture, 20M$ ira pour la relève et 60M$ pour favoriser l’alimentation biologique abordable.

Source: Québec Solidaire de Rousseau