Publicité


PENSION À VIE POUR JULIE PAYETTE : GISÈLE DESROCHES INVITE JUSTIN TRUDEAU À RÉPARER SON ERREUR

 

La candidate du parti conservateur de Montcalm, Gisèle DesRoches, invite la population à signer une pétition afin de retirer les avantages financiers accordés à l’ancienne gouverneure générale du Canada, Julie Payette.

« Cette pétition vise à mettre de la pression sur Justin Trudeau pour qu’il répare le fiasco qu’il a lui-même créé en nommant Mme Payette et en la laissant en poste jusqu’à ce qu’elle démissionne. Je salue d’ailleurs le travail du sénateur Claude Carignan qui a initié cette importante pétition », a expliqué Gisèle DesRoches.

Forcée de démissionner après avoir instauré un climat de travail toxique au sein de son bureau, Mme Payette peut actuellement toujours toucher une pension à vie de 150 000 $ par an, ainsi qu’une allocation annuelle de 206 040 $ pour ses frais de représentation et pour l’embauche de personnel.

C’est le député conservateur Luc Berthold qui a accepté avec empressement de parrainer cette pétition électronique que l’on retrouve sur le site de la Chambre des communes. « Les citoyens sont outrés, à raison, et il est temps de le dire directement au premier ministre Trudeau. Il est le grand responsable de ce fiasco! Le projet de loi S-232 du sénateur Carignan doit être adopté le plus rapidement possible. Quand on démissionne de son emploi, on n’a pas droit à l’assurance-emploi. Pourquoi Julie Payette a-t-elle droit elle à une pension à vie? J’invite toutes celles et ceux qui sont aussi choqués que nous par cette situation inacceptable, à signer et à partager cette pétition », souligne le député Luc Berthold.

La pétition demande concrètement au gouvernement libéral de retirer les avantages à tout gouverneur général n’ayant pas complété un cycle de cinq années consécutives dans ses fonctions, à l’exception de ceux qui démissionnent pour des raisons de santé. On peut signer la pétition en visitant le lien suivant : Pas de pension pour Julie Payette - Opposition officielle du Canada (conservateur.ca)

 

 

 

  • Créé le .