Publicité


Gisèle DesRoches va continuer de défendre la gestion de l’offre et les intérêts des agriculteurs de Montcalm

 

desrochersUne leçon importante que nous pouvons tirer de la pandémie est que la sécurité et l’autonomie alimentaires sont primordiales pour le bien-être des Québécoises et Québécois. Avec une cession de 18 % de leur marché sous les accords avec l’Europe, l’Asie, les États-Unis et le Mexique, les producteurs, les éleveurs et les transformateurs, soumis à la gestion de l’offre, ont assez donné. Il est désormais temps d’agir pour défendre les agriculteurs et leur acheminer les compensations qui leur sont dues.

« Ayant eu l’opportunité d’aller directement à la rencontre de plusieurs agriculteurs, cultivateurs et producteurs de la région, et d’entendre, de vive voix, leurs enjeux et leurs préoccupations, je serais très fière de pouvoir les représenter à la Chambre des communes. Actuellement, je trouve inacceptable qu’ils ne reçoivent pas leur juste part, et qu’ils soient autant négligés, en ces temps particulièrement difficiles. Nous avons tous réalisé, pendant la pandémie, à quel point nous sommes chanceux de pouvoir consommer des produits locaux, comme le lait et le fromage. Cela doit se traduire aussi en traitant avec respect et dignité ceux qui travaillent fort pour que nous puissions en bénéficier ! », mentionne Gisèle DesRoches, candidate du parti conservateur dans la circonscription de Montcalm.

Des propositions concrètes pour soutenir le secteur agricole 

Accélérer les compensations aux producteurs, éleveurs et transformateurs

Ils n’ont reçu aucune compensation pour l’accord avec les États-Unis (ACÉUM), et ce, malgré les promesses du gouvernement fédéral et des pertes de plus de 300 millions de dollars. Les transformateurs laitiers et les producteurs d’œufs, ainsi que les éleveurs de volailles sont toujours en attente de leur compensation pour les accords avec l’Europe (AECG) et l’Asie (PTPGP). Un gouvernement conservateur s’engage, dans les 100 premiers jours de son mandat, à présenter un plan pour payer toutes les compensations promises aux producteurs, éleveurs et transformateurs soumis à la gestion de l’offre pour tous les accords.

Retirer les limites sur nos exportations de lait écrémé en poudre

Dans le cadre des négociations de l’ACÉUM, le gouvernement fédéral a limité les exportations de lait écrémé en poudre à des tiers pays qui ne font même pas partie de l’accord. Un gouvernement conservateur abolira ces limites.

Établir une véritable réciprocité des normes

L’une des priorités d’un prochain gouvernement conservateur sera d’établir une véritable réciprocité des normes qui respecte le niveau de qualité sans pareil de nos produits canadiens. La protection du système de gestion de l’offre est une priorité pour le chef du Parti conservateur du Canada, Erin O’Toole, qui, non seulement, entend le défendre, mais le promouvoir comme un outil essentiel à l’autonomie alimentaire de notre pays. 

  • Créé le .