20180924 100028 resized

20180924 100028 resized
Un nouveau sondage, mené par la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) auprès de 12 000 salarié-es du réseau, est récemment venu rappeler à quel point le personnel est à bout de souffle. En effet, si la grande majorité du personnel apprécie toujours la nature de leur travail, la détérioration constante des conditions de travail ces dernières années est telle que plusieurs choisissent de se tourner vers le privé ou quittent littéralement le domaine de la santé. « Même si nos membres sont passionnés de leur travail et leurs patients, ils s’en vont, car la charge de travail est complètement démesurée. Les gens n’en peuvent tout simplement plus. Les travailleuses et travailleurs sont effectivement en surcharge à cause d’un manque d’effectif. Ils travaillent à personnel réduit jour après jour, et ce, même si plusieurs y travaillent en temps supplémentaire. Il faut revoir l’organisation du travail et le gouvernement doit mettre en place les leviers et l’argent nécessaires pour améliorer réellement les conditions de travail. La négociation des conventions collectives c’est une chose, mais le soutien de l’état est primordial pour mettre à bien l’amélioration des services que nos travailleuses et travailleurs dispensent chaque jour. On peut le constater aujourd’hui la Réforme Barette a été un fiasco total! », ajoute Thérèse Matin, présidente du syndicat.

Des décennies de coupures libérales ont plongé le réseau dans une crise sans précédent. Manque criant de personnel, arrêts de travail, détresse psychologique, épuisement professionnel, marquent maintenant le quotidien du réseau de la santé. Ce qui amène la vaste majorité des répondantes et des répondants du sondage à penser que la situation continuera de se dégrader dans les prochaines années.

« Ce n’est pas en continuant de mettre tout l’argent du réseau dans les poches des médecins que les choses vont changer. Il faut que le prochain gouvernement redonne du pouvoir aux intervenants de premières lignes du réseau comme les préposées et réinvestisse massivement dans l’embauche et les conditions de travail de ces travailleurs de première ligne. Ce n’est pas seulement de nouvelles cliniques dont le Québec a besoin, c’est de bras pour s’occuper de nos patients! », explique Francine Ranger, présidente du Conseil central de Lanaudière CSN.

Trois pistes de solutions majeures ressortent du sondage : une meilleure organisation du travail, une augmentation du personnel et une réelle reconnaissance des travailleuses et travailleurs du réseau. Mais aucun de ces chantiers ne pourra se concrétiser si les gouvernements continuent de saboter nos services publics, une coupure après l’autre.

« Nous devons prendre acte de ce cri du cœur du personnel du réseau. Tous les intervenants du réseau sont à bout de souffle, de la préposée aux bénéficiaires aux cliniciens en passant par l’entretien ménager et même le personnel de bureau », explique Luce Melançon, vice-présidente FSSS de la région de Lanaudière. Si rien n’est fait pour redresser la situation, fort est à parier que les tendances observées dans ce sondage n’iront qu’en s’aggravant. Il n’est plus possible de se fermer les yeux sur l’état de santé du personnel du réseau. L’heure est maintenant venue de mettre en branle des solutions durables.

À propos de la FSSS-CSN

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) compte plus de 110 000 membres dans les secteurs publics et privés. La FSSS est la plus grande organisation syndicale dans le secteur de la santé et des services sociaux et dans les services de garde. La FSSS-CSN agit en faveur d’une société plus équitable, plus démocratique et plus solidaire.

À propos du Conseil central de Lanaudière-CSN

Le Conseil central de Lanaudière-CSN représente près de 12 000 travailleuses et travailleurs répartis dans plus de 83 syndicats sur son territoire.

 MENTIONS LÉGALES

Le droit à l'image des personnes physiques
La reproduction de l'image d'un groupe ou d'une scène de rue dans un lieu public est permise, sans besoin de solliciter le consentement de chaque personne photographiée. On considère que l'image ne porte pas atteinte à la vie privée car la personne se trouvant dans un lieu public a consenti à être exposée aux regards des autres.

Tous droits réservés : photos et vidéos
Vous êtes invités à partager les images et les vidéos de La Plume Libre Montcalm, par contre vous devez obtenir une autorisation écrite de notre part pour toute utilisation commerciale ou pour toute manipulation de vidéo.

Merci
L'Équipe de Plume Libre Montcalm