Symposium

 

IMG 5598

IMG 5598
Toujours sans convention collective après trois ans de négociation, la cinquantaine de travailleuses syndiquées CSN du CPE Multi-Gardes de St-Lin va mettre à exécution leur mandat de grève obtenu à l’unanimité lors de leur assemblée générale du 5 avril dernier.

Malgré l’entente intervenue avec le gouvernement et le ministère de la Famille sur les conditions de travail monétaires, le modèle de négociation du secteur de la petite enfance permet aussi aux employeurs d’adresser localement des demandes de négociation. Jusqu’à ce que les parties se soient entendues sur tous les paliers de négociation, la convention collective ne peut être signée et les travailleuses ne peuvent bénéficier des avantages négociés.

À ce jour, seulement 3 CPE dans la région n’ont pas conclu tous les paliers de leur négociation. Sous couvert de difficultés financières et en s’obstinant à ne faire preuve d’aucune transparence économique, la direction du CPE Multi-Gardes s’entête à exiger des concessions importantes des conditions de travail du personnel syndiqué.

« Ce qui est inacceptable dans cette situation c’est le manque de transparence de la direction à l’égard des difficultés financières. Par le passé, dans tous les cas où nous avons été confrontés à de telles difficultés, nous avons toujours fait partie de la solution, cependant, pour pouvoir être partie prenante à la démarche, la direction doit mettre cartes sur table. Ce qui n’est manifestement pas le cas chez Multi-Garde » souligne madame Lili Tremblay, présidente du syndicat régional.   

Tout porte à croire que les difficultés financières ne datent pas d’hier dans ce CPE. Des déficits récurrents s’accumulent depuis quelques années. L’an dernier, avant l’ouverture de la deuxième installation, le déficit avait déjà franchi la barre des 300 000 $. Une situation dramatique qui pose énormément de questions pour une installation de 80 places. Au terme des audits comptables de 2016 et de 2017, de sérieuses mises en garde avaient été servies à la direction et au Conseil d’administration. Déjà à ce moment, des questions étaient soulevées sur la rémunération du personnel administratif d’une part, et d’autre part, sur l’état de l’occupation qui permet de déterminer le niveau de financement avec le ministère de la Famille et le taux réel de présence des enfants. Deux des indicateurs fondamentaux de la santé financière des CPE. Ce n’est pas tout, on notait aussi dans le rapport comptable, des déficiences graves dans les systèmes de contrôle.

« Les audits de cette année n’annoncent rien de rassurant. Aucune mesure n’a été prise, la direction et le Conseil d’administration font manifestement preuve de laxisme devant la situation et les mauvais choix budgétaires continuent de s’accumuler. Les comportements de la direction vont engendrer inévitablement un nivellement de la qualité des services vers la médiocrité, et les travailleuses refusent d’en être témoins. Elles exigent la transparence et l’engagement du Conseil d’administration comme gestionnaire pour que la situation soit régularisée » déplore, Madame Tremblay.

En comparaison avec d’autres installations de même envergure et de même capacité, la direction maintient par exemple, une lourde structure administrative. Ce mauvais choix budgétaire et administratif crée, entre autres, des pressions insoutenables sur la structure budgétaire du CPE. Vouloir refiler la facture sans faire un réel exercice commun d’évaluation de l’ensemble des mesures à prendre est outrageux, voire inacceptable pour la partie syndicale.

« Pour évaluer concrètement toutes les mesures possibles à prendre, incluant celles de revoir certaines conditions de travail, il est impératif d’entamer sans délai, une démarche confidentielle et transparente d’analyse de la situation financière du CPE avec l’aide d’une firme comptable externe et indépendante. Nous nous sommes engagés, comme CSN, à assumer la totalité des frais d’une telle démarche » souligne Francine Ranger, présidente du Conseil central de Lanaudière-CSN.

À ce jour, la direction refuse de se soumettre à un exercice transparent d’analyse de la situation économique du CPE. Elle refuse de soumettre les données relatives aux salaires du personnel de gestion et toutes les données nécessaires à l’analyse, de la rémunération globale, des taux d’occupation et des taux de présences réelles des enfants.

Les travailleuses ont fait de l’exercice d’analyse des états financiers un enjeu de négociation. Elles veulent forcer la reprise des négociations et contribuer à la reprise en main de la situation financière désastreuse du CPE. Le constat est clair et les enjeux impératifs. Elles exigent d’assurer la protection de la qualité éducative et le maintien de l’établissement de ratios enfants/éducatrice qui permettent l’atteinte des objectifs éducationnels, dans un contexte de pérennité et de santé financière. Elles souhaitent également assurer le maintien de leurs emplois et la meilleure qualité possible de leurs conditions de travail.

Devant le refus de la direction de négocier et d’entamer un processus conjoint d’analyse de la situation financière, la partie syndicale a demandé au ministère du Travail de procéder à la nomination d’un conciliateur.

Soucieuse des conséquences qu’impliquent des arrêts de service auprès des parents, elles souhaitent que ceux-ci comprennent qu’après 3 ans d’attente, d’insécurité, d’intransigeance, de manque de rigueur et de transparence de la part de la direction, qu’elles n’ont plus aucune autre alternative que celle de l’exercice de la grève. Les travailleuses seront donc en arrêt de travail ce vendredi 20 avril et lundi 23 avril prochain.

Au plan régional, les CPE Au Royaume des Bouts de choux de St-Lin et de St-Calixte ainsi qu’Aux portes du matin de Lanoraie et de Lavaltrie ont aussi voté à l’unanimité des mandats de grève allant jusqu’à la grève générale illimitée. Des développements sont aussi à prévoir dans ces deux CPE au cours des prochains jours.

À propos du Syndicat des travailleuses et travailleurs en service de garde de Lanaudière CSN et du Centre de la petite enfance Multi-Gardes de St-Lin

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs en service de garde de Lanaudière CSN regroupe plus de 400 membres et est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) et au Conseil central de Lanaudière. Le CPE Multi-Gardes de St-Lin compte près d’une cinquantaine de travailleuses et travailleurs syndiqués répartie en deux installations situées aux intersections de la route 335 et de la rue des Portes à St-Lin.

 MENTIONS LÉGALES

Le droit à l'image des personnes physiques
La reproduction de l'image d'un groupe ou d'une scène de rue dans un lieu public est permise, sans besoin de solliciter le consentement de chaque personne photographiée. On considère que l'image ne porte pas atteinte à la vie privée car la personne se trouvant dans un lieu public a consenti à être exposée aux regards des autres.

Tous droits réservés : photos et vidéos
Vous êtes invités à partager les images et les vidéos de La Plume Libre Montcalm, par contre vous devez obtenir une autorisation écrite de notre part pour toute utilisation commerciale ou pour toute manipulation de vidéo.

Merci
L'Équipe de Plume Libre Montcalm