Luc Thériault

Luc ThériaultLuc Thériault réitère fermement son opposition au passage de l'oléoduc Énergie Est en sol québécois. Le député de Montcalm et porte-parole en matière des questions de pipeline pour le Bloc Québécois a porté le dossier à deux reprises en Chambre des communes au cours de la semaine : « Le projet de pipeline de TransCanada au Québec : c'est NON! »

« 82 municipalités (CMM) qui représentent 4 millions de Québécois sont contre ce projet de pipeline qui n'obtient manifestement pas l'acceptabilité sociale, condition posée par le premier ministre. Celui-ci va-t-il entendre la voix de 4 millions de Québécois et respecter sa promesse électorale de ne pas aller de l'avant avec le pipeline? », a martelé le député Thériault.

On se rappellera que la prise de position de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) contre le projet Énergie Est de TransCanada a soulevé tout un tollé, suscitant de fortes réactions autant chez les élus provinciaux que fédéraux.

Or loin d'être impressionné par la hargne et les mesquineries exprimées par certains élus de l'Ouest, Luc Thériault persiste et signe : c'est au Québec et à lui seul de déterminer ce qui passe ou non sur son territoire. « Le Québec ne deviendra pas une autoroute pour le pétrole bitumineux de l’Ouest au nom du développement à tout prix d’un secteur économique en déclin et incompatible avec la lutte aux changements climatiques », a-t-il déclaré.

Plus encore, le député Thériault s'explique mal pourquoi , lorsque la Colombie-Britannique dit non à Northern Gateway, on les écoute, lorsque les Américains disent non à Keystone XL, on les écoute. « Mais quand 82 municipalités représentant 4 millions de Québécois disent non à Énergie Est, on nous insulte, on nous méprise et on nous menace! », s'indigne-t-il.

26,7 kilomètres dans Montcalm

Selon un document de TransCanada obtenu par Radio-Canada, l'oléoduc Énergie Est franchira 828 cours d'eau sur le territoire québécois et traversera 69 municipalités, pour une longueur totale de 688 km. Or toujours selon Radio-Canada, des études menées par l'École Polytechnique indiquent que le sol des berges le long de plusieurs rivières est trop instable pour soutenir un oléoduc, ce qui provoquerait des glissements de terrains et des inondations, polluant dans la foulée les cours d'eau avoisinants. Parmi ces rivières à risque, se trouvent entre autres, les rivières des Outaouais, des Mille-Îles, Saint-Maurice et Jacques-Cartier.

Dans la seule circonscription de Montcalm, trois municipalités seront traversées par l'oléoduc, soit Mascouche (18,3 km), Saint-Roch-de-L'Achigan (4,8 km) et L'Épiphanie Paroisse (3,6 km), pour un total de 26,7 km.

« Le Bloc Québécois utilisera tous les moyens à sa disposition, qu'ils soient parlementaire, politique, diplomatique ou juridique, pour bloquer le projet de pipeline Énergie Est », a-t-il conclu.

 DSC00014 AUTRES VIDÉOS DANS LE BAS DE PAGE

Tout le gratin politique et communautaire s’est réuni à Saint-Alexis pour l'ouverture officielle du Complexe municipal.

Le maire, M. Robert Perreault, et tous les membres du Conseil étaient fiers de cette réalisation qui réalise un rêve qui a commencé à germer en 2007.

Moins d'un an après la pelletée de terre, Saint-Alexis s'est doté d'un bâtiment multi service bien de notre temps. Ce bâtiment accueille le Bureau de poste, une bibliothèque digne de ce nom, la Caisse Desjardins de Montcalm ainsi que des bureaux administratifs de haute qualité.

Comme plusieurs ont mentionné, un très beau travail a été fait pour la réalisation du Complexe, c'est un peu comme un retour au Magasin général, où plusieurs services se retrouvent sous le même toit.

Il faut dire que ce n'était pas un luxe, les espaces administratifs de Saint-Alexis étaient plus qu'exigus, tous travaillaient presque sur la même table et la bibliothèque devait se trouver un espace plus apte à être découvert.

Le pari est réussi, plusieurs maires cachaient peu leur jalousie, les espaces sont bien adaptés au besoin du personnel et le maire a finalement un bureau. L'investissement de 1,2 million répond à tous les besoins. Ce partenariat entre la Caisse, le Bureau de poste et la bibliothèque rend plus accessibles les services. Des ententes de location assurent la pérennité de services qui auraient pu disparaître de la petite municipalité.

Depuis toujours, les villages comportent l'église, le bureau de poste, une Caisse Pop, qui sont des outils de développement importants. Plusieurs villages ont perdu de ces acquis et se meurent aujourd'hui, Saint-Alexis a su contrer la vague...

France René
Directrice générale
Réseau BIBLIO CQLM
Pierre-Luc Bellerose
Attaché politique
Mme Lise Thériault
Luc Thériault
Député de Montcalm
Nicolas Marceau
Député de Rousseau

...téléchargement des images...

Luc ThériaultÀ la lumière du rapport de la commissaire à l’environnement soulignant d’importantes lacunes dans la sécurité des pipelines, la porte-parole du Bloc Québécois en environnement, Monique Pauzé, et le porte-parole du parti en matière de pipelines, Luc Thériault, ont exigé que le gouvernement abandonne le projet Énergie Est.

« Dans son rapport, la commissaire à l’environnement est catégorique, et je cite : “ l’Office national de l’énergie n’avait pas surveillé de manière appropriée la mise en œuvre des conditions d’approbation des pipelines ni effectué de suivi adéquat des écarts de conformité des compagnies.   Le suivi est défaillant ”. Dans ces circonstances, le premier ministre doit trancher et abandonner le projet Énergie Est », a estimé Mme Pauzé.

Luc Thériault est revenu à la charge : « Lorsque la Colombie-Britannique dit non à Northern Gateway, on les écoute. Quand les Américains disent non à Keystone XL, on les écoute. Mais quand 82 villes représentant 4 millions de Québécois disent non, on nous insulte, on nous méprise, on nous menace. Quand est-ce que le premier ministre va enlever son chandail d’arbitre pour gagner du temps ? Quand va-t-il enfin comprendre que le projet de pipeline de TransCanada, c’est non au Québec ! », a déclaré le député de Montcalm.

Le rapport de la commissaire à l’environnement fait état d’importants manquements de la part de l’Office national de l’énergie en matière de sécurité des pipelines canadiens. La commissaire révèle que l’Office :

• Ne fait pas un suivi adéquat de la mise en œuvre des conditions d’approbation des projets de pipeline ;

• Ne vérifie pas systématiquement si les compagnies procèdent, dans les délais prescrits, à la mise en œuvre de mesures pour corriger les écarts de conformité relevés ;

• Utilise des systèmes de gestion de l’information inadéquats pour surveiller la conformité des compagnies ;

• N’a pas amélioré l’accès du public à l’information sur les conditions d’approbation.

« À la suite des débats du jour en Chambre, je suis encore une fois déçue du peu de considération accordé aux volontés du Québec par l’ensemble des partis fédéraux », a déploré la députée de Repentigny. « Encore une fois, le Parlement canadien prouve que les intérêts du Québec et du Canada sont irréconciliables, et que seule l’indépendance offrira aux Québécoises et aux Québécois le privilège de discuter d’égal à égal. »

HOC 2018 1018 BT QP 122  Dans les faits, en armant ce régime qui flagelle des blogueurs et qui assassine des journalistes 

 

Luc ThériaultLe chef du Bloc Québécois, Rhéal Fortin, et le porte-parole du parti en matière de pipelines, Luc Thériault, demandent au premier ministre de respecter la volonté citoyenne exprimée par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) de refuser le passage de l’oléoduc Énergie Est sur son territoire.

« Les résultats de la consultation publique menée par la CMM sont probants : 92 % des intervenants s’opposent à Énergie Est », a rappelé M. Fortin « Précisons que la CMM représente 82 municipalités regroupant près de 4 millions de personnes. Le premier ministre a affirmé que l’approbation sociale devait être obtenue pour la mise en œuvre du projet. Justin Trudeau doit respecter le Québec. Et ce que les Québécoises et les Québécois veulent, c’est que le Québec poursuive son travail vers l’économie verte de l’avenir, une économie qui mise sur nos forces. Nous ne mettrons pas notre territoire en danger pour maintenir artificiellement en vie une industrie du siècle dernier. »

M. Thériault appuie la demande de son chef. « À la lumière des échanges tendus qui ont résulté de la décision de la CMM, le premier ministre doit prendre la parole et expliquer aux provinces du Canada qu’elles ne sont pas propriétaires du Québec. Les Québécoises et les Québécois ne louent pas leur région aux provinces de l’Ouest. En tant que 2e plus grand payeur d’impôts du Canada, le Québec contribue amplement à tout l’éventail des programmes fédéraux. Mais lorsque l’intérêt des autres représente ici une menace, le Québec a toute la légitimité du monde pour prendre ses décisions, et en matière d’économie, nous avons depuis longtemps pris un chemin différent. Que ce soit clair : le Québec n’a d’obligations qu’envers sa population. »

 

HOC 2018 1018 BT QP 116  Un autre cadeau pour l’automobile en Ontario

 

Photo : Sylvain ChartierCe week-end avait lieu l'Assemblée annuelle de l'exécutif du Parti Québécois de Masson.

Pour la 4e année, le Prix Yves-Blais, en l'honneur du regretté député de Terrebonne et de Masson, est remis a une personne qui s'est démarqué au cours des années pour son implication dans l'atteinte de la souveraineté du Québec.

Les récipiendaires ont été Normand Archambault, Louise Bordonado et M. Jacques Bujold. S'ajoute cette année, M. Jacques Tremblay.

Belle distinction pour un membre de l'équipe du député Luc Thériault. Jacques Tremblay, attaché politique, a reçu le prix Yves-Blais pour son militantisme indépendantiste assidu et son engagement indéfectible porté au projet de pays.
Luc Thériault, député de Montcalm

Photo : Sylvain Chartier PRÉSENTATION DU PRIX YVES-BLAIS

C'est maintenant le moment pour le comté Masson de remettre le prix Yves-Blais à un grand indépendantiste, un militant de longue date.

Cette année, le prix Yves-Blais est remis à un homme très impliqué dans sa communauté, un homme ayant une longue feuille de route au sein du mouvement souverainiste. Il occupa plusieurs postes au sein du Parti Québécois et du Bloc Québécois, dont celui de président du comté Masson entre autre durant la dernière campagne de Mme Diane Gadoury-Hamelin.

Il fût aussi conseiller à la ville de Mascouche durant de nombreuses années. Lors de la dernière campagne fédérale, il fût candidat au Bloc Québécois de Montcalm et par la suite a continué la campagne au côté de M. Luc Thériault, avec qui il fait toujours équipe.

Soulignons que cet homme s'est toujours impliqué socialement notamment auprès du Club Opt imiste de Mascouche, des Chevaliers de Colomb et de la Fête Nationale à Mascouche.

Donc, s'en plus attendre, je vous demanderai d'accueillir et applaudir chaleureusement notre récipiendaire de cette année.

J'ai nommé, notre ami: M. Jacques Tremblay.


Marie-Julie Larivière
présidente sortante de l'exécutif de Masson

luc theriault entrevue 10 oct 2018

Des nouvelles du Bloc Québécois

Le gouvernement dans l'embarras pour la gestion de l'offre

Le multiculturalisme non-applicable au Québec

 MENTIONS LÉGALES

Le droit à l'image des personnes physiques
La reproduction de l'image d'un groupe ou d'une scène de rue dans un lieu public est permise, sans besoin de solliciter le consentement de chaque personne photographiée. On considère que l'image ne porte pas atteinte à la vie privée car la personne se trouvant dans un lieu public a consenti à être exposée aux regards des autres.

Tous droits réservés : photos et vidéos
Vous êtes invités à partager les images et les vidéos de La Plume Libre Montcalm, par contre vous devez obtenir une autorisation écrite de notre part pour toute utilisation commerciale ou pour toute manipulation de vidéo.

Merci
L'Équipe de Plume Libre Montcalm