Luc Thériault

DSC 0008La Loi est claire sur les importations de produits laitiers et le lait diafiltré continue de ruiner les producteurs laitiers.

Tout ce qu'il faut c'est faire respecter la Loi, et le gouvernement Trudeau, malgré ses promesses tarde à faire avancer le dossier.

La grogne est de plus en plus grandes, l'UPA a dénoncé les pertes en moyenne de 25 000$ par ferme, dû au lait diafiltré.

L'importation de produits laitiers est fortement régis afin de  soutenir la gestion de l'offre qui assure un revenu décent aux producteurs.

Or, depuis la fin des années 90, des ingrédients laitiers entrent au pays sans tarifs en utilisant des failles du classement tarifaire pour contourner les limites d’importation. Le cas actuel le plus grave est celui des isolats de protéines laitières (IPL), des concentrés de protéines laitières qui remplacent de plus en plus la protéine du lait frais canadien dans la fabrication de certains produits laitiers. Les importations d’IPL ont atteint plus de 32 000 tonnes en 2015, causant des pertes de plus de 220 millions de dollars aux producteurs. Si rien n’est fait à court terme pour mettre fin à ce contournement, la gestion de l’offre et l’avenir des fermes laitières canadiennes sont menacés. (Source : Producteurs de lait du Québec)

Le député de Montcalm s'insurgent de l'inaction du gouvernement pour soutenir l'agriculture et particulièrement les producteurs laitiers.

Luc ThériaultAlors que la saison des récoltes bat son plein dans les champs du Québec, c'et le cas notamment des asperges et des fraises, 194 producteurs québécois attendent toujours l'arrivée des quelque 1 300 travailleurs saisonniers Guatémaltèques, faute d'avoir obtenu leur visa dans les délais.

Mardi, à la Chambre des communes, le député Luc Thériault a dénoncé la situation. «Les demandes de visa ont été déposées en novembre dernier mais ceux-ci ne seront pas accordés avant la fin du mois... Rien ne justifie ça! À part le manque de rigueur ou l’incompétence», a-t-il soulevé.

Le député a cité en exemple la ferme familiale Les Frères Riopel, située à Saint-Alexis, dans la circonscription de Montcalm, qui a perdu jusqu'à maintenant près de 5 000 $ en raison des asperges qui n'ont pu être cueillies à temps, faute de main-d'œuvre suffisante. Cette situation est inacceptable estime le député. «Le ministre de l’agriculture connait-il le verbe agir, va-t-il arrêter de travailler en silo et s’assurer que les travailleurs soient dans les champs dès la fin de la semaine?»

Engagement formel du ministre McCallum

En réponse à la question du député Thériault, le ministre de l’Immigration, John McCallum s’est engagé à ce que tous les visas soient émis d’ici le 25 juin. Le député a tout de même insisté et demandé à ce que son bureau de circonscription puisse obtenir une confirmation d’une autre source fiable. Le tout fut validé par le directeur général de FERME Québec, Denis Hamel, qui suit de près la situation à l'ambassade du Canada au Guatemala. Ce dernier a confirmé avoir reçu l'engagement formel et écrit du ministre McCallum, par lequel ce dernier réitère sa volonté de compléter l'émission de tous les visas, d'ici le 25 juin. «Si le gouvernement livre la marchandise, on pourra éviter le pire», a laissé tomber M. Hamel.

Rappelons que bon nombre de ces 1 300 travailleurs auraient dû arriver au Québec en avril ou en mai. Le cas de la ferme Riopel n'est malheureusement pas unique.

« Chaque jour de retard en est un de trop, car après les asperges, ce sera au tour des fraises, puis de la laitue de pourrir dans les champs. Tous les agriculteurs avec qui j’ai parlé me disent qu'ils n'ont jamais vu un tel retard», a conclu le député Luc Thériault.

DSC 0008Au Canada comme au Québec, nous allons voter environ à tous les 4 ans. Notre système permet d'élire un gouvernement majoritaire avec moins de 40% des votes.

Est-ce vraiment le meilleur système ? Peut-être, si l'on compare avec la proportionnelle qui elle pourrait diminuer l'imputabilité, car un gouvernement de coalition permet à plusieurs partis de diriger ... est-ce que c'est ce que l'on veut. Sans compter les autres alternatives qui pourraient être mieux ou pire, c'est selon.

Tous les spécialistes sont d'accord sur un point : "aucun système n'est parfait" ! Alors pourquoi se presser ?

Le député de Montcalm a siégé sur le Comité de la Réforme électorale tout l'été, et il apparait de plus en plus clair qui faut prendre le temps et surtout impliquer les citoyens dans la démarche.

De plus, les délais engendrés par la Loi électorale ne permettrait pas un changement avant la prochaine élection... Pourquoi ne pas prendre le temps ?

LThériaultLe député de Montcalm, Luc Thériault joint sa voix à celle des producteurs laitiers du Québec pour exprimer la solidarité indéfectible du parti à leur combat contre l’importation de lait diafiltré.

« Le modèle agricole québécois que nous avons choisi chez nous est à l'image du Québec: équitable, juste et diversifié. Nous sommes fiers de notre agriculture et nous appuyons sans réserve nos producteurs laitiers, qui perdent actuellement des milliers de dollars par semaine. En campagne électorale, les libéraux se sont engagés à soutenir le système de gestion de l’offre. Maintenant, c’est au gouvernement de faire appliquer les règles en vigueur et mettre fin une fois pour toutes à l’importation de lait diafiltré », a déclaré M. Thériault.

Depuis lundi, des producteurs de lait sont partis des quatre coins du Québec en tracteur pour se rendre à Ottawa. C’est le cas de François Brien, parti en tracteur mercredi matin de sa ferme laitière, située à Saint-Roch Ouest.

Jeudi, plus de 2 000 producteurs laitiers ont manifesté sur la Colline parlementaire dans l’espoir que le gouvernement fédéral mette fin aux importations de lait diafiltré, un concentré protéique liquide en provenance des États-Unis qui se substitue au lait pour contourner les règles régissant la gestion de l’offre tout en évitant les frais douaniers.

L’Union des producteurs agricoles situe les pertes entre 15 000 $ et 18 000 $ par année par famille moyenne parmi les 8 500 qui vivent de l’agriculture au Québec. Par deux fois, l’Assemblée nationale du Québec a adopté des motions unanimes demandant au gouvernement fédéral de corriger la situation.

« Le ministre de l’Agriculture considère que le lait diafiltré n’est pas un produit laitier à la douane, mais il le redevient par magie lorsque vient le temps de le mettre dans le fromage. C’est illogique et ça nuit aux PME de chez nous, à nos entreprises familiales. Il est plus que temps que le fédéral revienne à la raison et cesse de torpiller l’agriculture québécoise », a conclu M. Thériault.

Près du tiers des 206 fermes laitières de Lanaudière se trouve dans la circonscription de Montcalm.

DSC 0440Les  embûches sont nombreuses sur la colline parlementaire et les députés du Bloc Québécois en ont fait les frais à maintes reprises : obligés de composer avec l’absence de budget de recherche, alors que les libéraux, les conservateurs et le NPD eux, se partagent  18 M $ en recherche et communications; obligés de quémander du temps de parole pour chaque motion ou projet de loi; même chose pour les comités où ils sont exclus systématiquement.

« Malgré tout, nous avons réussi à faire des gains.  Je suis fier de notre équipe. Nous avons démontré que nous sommes là pour travailler et malgré toutes les embûches, nous avons fait des gains pour notre monde et avons réussi à établir notre crédibilité », résume le député de Montcalm, Luc Thériault.

Au nombre des bons coups, la pétition transpartisanne contre Énergie-Est qui, en trois mois, a récolté plus de 25 000 signatures. « En plus d'indiquer clairement au gouvernement qu’au Québec, c’est NON, point final, la pétition nous aura permis d’unir les forces vives opposées au pipeline », se réjouit le député.

Manque de main-d’œuvre pour récolter

Récemment, les producteurs maraichers de Montcalm et du Québec ont pu compter sur l'intervention du député Thériault en Chambre dans le dossier des travailleurs étrangers temporaires, toujours en attente de leur visa. Quelques jours plus tard, plusieurs de ces travailleurs débarquaient enfin dans nos champs.

Supplément de revenu garanti

Après 15 ans de lutte, le Bloc a obtenu l'inscription automatique au Supplément de revenu garanti, une mesure qui accordera une aide financière à 450 000 aînés parmi les moins nantis. Toutefois, après avoir affirmé qu’il était d’accord avec la mesure, le gouvernement a retardé la mise en vigueur au budget 2018.

Un gouvernement qui « parle, parle, jase, jase », mais n'agit pas

«Le gouvernement ne connait pas le sens du verbe agir. Justin Trudeau avait pourtant promis en campagne électorale de faire de la politique autrement. Or, il semble davantage bon à créer comité par dessus comité qu'à régler les problèmes », déplore M. Thériault.

Lait diafiltré

Malgré une manifestation de plusieurs milliers de producteurs laitiers sur la colline parlementaire, ce gouvernement n’avait encore que de belles paroles à leur offrir. Il faut agir ! « Les producteurs perdent des milliers de dollars par mois et le fédéral refuse toujours tout simplement de faire appliquer ses propres règles et de mettre fin aux importations de lait diafiltré », dénonce le député.

Loi sur l’aide médicale à mourir

Le débat entourant le projet C-14, Aide médicale à mourir, est un retentissant échec tant sur la forme que sur le fond. « Cette loi ne répond qu’en partie au problème qu’il fallait résoudre. Elle est un mauvais copier-coller de la loi québécoise, elle ne répond pas aux exigences de l’arrêt Carter, elle porte atteinte de manière déraisonnable au droit à la vie, à la liberté, à la sécurité de la personne du patient et fera porter un fardeau inhumain sur les épaules des personnes les plus vulnérables de notre société, c’est indécent. »

Les travailleurs d’Aveos

« Non seulement les libéraux sont incapables de faire appliquer les règles existantes, mais quand la cour donne raison aux travailleurs d’Aveos, deux fois plus qu’une, que font les libéraux de Justin Trudeau ? Ils changent la loi au profit d’Air Canada sans honte et avec classe en bâillonnant les parlementaires. J’ai toujours peine à croire que j’ai vu un gouvernement légiférer pour rendre légal ce qui était illégal en trahissant 2 600 travailleurs du Québec et leurs familles. »

Force est de constater que d’un gouvernement canadien à un autre, le Québec demeure absent de leurs préoccupations. «On a accusé les conservateurs de favoriser indûment l’Ouest et les banques torontoises, mais le gouvernement libéral fait la même chose. Le centre décisionnel des politiques économiques «canadian», c’est «Bay Street». Ceux qui croyaient qu’une forte délégation de députés-es du Québec au sein de ce gouvernement changerait la donne ce sont illusionnés. À tous les jours, je constate le mutisme et la docilité des 40 députés québécois du caucus libéral à la ligne de parti:

  • Silence sur la vente d’armes à l’Arabie saoudite, un pays qui bafoue les droits humains;
  • Silence radio pour lutter contre le plus gros des paradis fiscaux au Canada, la Barbade;
  • Silence radio pour compenser dès maintenant les producteurs fromagers;
  • Silence radio pour faire front commun avec le Québec contre Énergie-Est.

Les valeurs libérales fluctuent au gré du dollar et non pas de la volonté citoyenne. Les intérêts sous-jacents aux politiques pancanadiennes confinent, aujourd’hui comme toujours, les intérêts nationaux du Québec à l’arrière-ban », a conclu Luc Thériault.

Fondation CancerLe bureau de Luc Thériault, député de Montcalm a activement pris part à la 9e campagne annuelle Osez le donner, au profit de la Fondation du cancer du sein du Québec. Au total, 1 760 soutiens-gorge ont été amassés, ce qui se traduit directement, grâce aux partenaires La Vie en Rose et Omer DeSerres, par un don de 1 760 $ à la Fondation du cancer du sein du Québec.

«Le cancer touche tellement de gens. Nous en connaissons tous, nous sommes tous touchés par cette maladie, directement ou indirectement. Je pense que tous les gestes posés en faveur de la recherche pour le cancer, dans ce cas-ci le cancer du sein, doivent être soulignés et encouragés», a commenté Luc Thériault, qui en a profité pour remercier les bénévoles qui ont mené cette campagne.

Grâce à l'initiative du député Luc Thériault, tous ces soutiens-gorge ont de plus été remis à l'organisme de bienfaisance Certex Canada, un centre de tri de récupération de textile, dont les usines sont situées à Saint-Hubert et Terrebonne. «Tous ces soutiens-gorge seront revalorisés avant d'être mis en vente à petit prix dans nos friperies», a fait savoir Monique Bibiane Sergerie, responsable des évènements et dons chez Certex.

Photo (Courtoisie Armand Ohayon) : Parmi les bénévoles impliqués, Louise Fourtané Bordonado, Marthe Savard, Jacques Tremblay, attaché politique du député Luc Thériault, Monique Bibiane Sergerie, de Certex et Monique  Gagné.

13458774 467753493421336 1871333087967155258 o

Le député de Montcalm, Luc Thériault a déposé la pétition d’initiative citoyenne pour réclamer l’abandon du projet d’oléoduc Énergie Est de TransCanada. Le dépôt s’est fait à la Chambre des communes, le 14 juin, quatre mois après sa mise en ligne.

À l’initiative d’une résidente de Mascouche, Christiane Crevier, la pétition parrainée par le député bloquiste Luc Thériault a recueilli quelque 25 000 signatures de gens fermement opposés au projet. Il s’agit de la pétition la plus populaire au Québec que la Chambre des communes a reçue à ce jour.

« Les Québécoises et les Québécois affirment aujourd’hui que c’est à nous de choisir ce qui passe ou non chez nous. Justin Trudeau a promis qu’il respecterait leur volonté à l’égard du pipeline ; voyons voir s’il défendra le choix du Québec avec le même acharnement qu’il met à défendre son engagement à vendre des armes à l’Arabie saoudite. Quant au premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, qui persiste à vouloir nous faire la leçon, j’ai un conseil pour lui, moi aussi : il devrait songer à joindre le 21e siècle et commencer à penser à des solutions de rechange, parce que le pétrole sale de l’Ouest, ça ne passera pas chez nous», a déclaré M. Thériault.

La démarche d’opposition non partisane mise de l’avant par le Bloc Québécois a été appuyée par le Parti vert du Canada, Greenpeace, Équiterre, la Fondation David Suzuki, le Regroupement vigilance hydrocarbure, UPA Lanaudière, Stop oléoduc Outaouais, ainsi que le comédien et environnementaliste JiCi Lauzon.

« La pétition demande à la Chambre de respecter la volonté des Québécoises et des Québécois et de l’Assemblée nationale du Québec de ne pas transformer le Québec en autoroute du pétrole des sables bitumineux, de respecter les pouvoirs du Québec en environnement, de mettre un terme au projet Énergie Est de TransCanada, car ce sont les Québécois qui doivent décider de ce qui se passe sur le territoire du Québec», a conclu le député de Montcalm.

Au cours des prochains jours, des milliers de signatures-papier s’ajouteront aux 16 822 signatures électroniques, portant au final à plus de 25 000 le nombre de personnes qui auront manifesté leur opposition au projet.

Luc ThériaultLe député de Montcalm, Luc Thériault célèbre une grande victoire pour les personnes âgées. À la suite d’une enquête commandée et rendue publique par le Bloc Québécois, le gouvernement fédéral vient de concéder l’inscription automatique des personnes de plus de 65 ans au Supplément de revenu garanti (SRG).

« C’est une grande victoire pour les aînés les moins nantis et je suis très fier que le Bloc Québécois  ait réussi à faire bouger le gouvernement après plus de 15 ans de travail sur ce dossier », a déclaré M. Thériault.

Récemment, une enquête de Statistique Canada, commandée par la députée bloquiste de Repentigny, démontrait que près de 450 000 aînés ne recevaient pas le SRG auquel ils ont pourtant droit. Dans Montcalm, on estime à 1 130 le nombre de personnes qui y ont droit mais en sont privées, faute d’en avoir fait la demande.

Le Bloc Québécois exige depuis 2001 l’inscription automatique des personnes au programme à partir de 65 ans, sur la base de leur déclaration de revenus. La formation politique avait alors fait inscrire 42 000 personnes au SRG à la suite d’une tournée du Québec entreprise par l’ex-député Marcel Gagnon. Plus tard, en 2007, c’est le regretté Raymond Gravel qui avait repris ce combat pour que les aînés les moins bien nantis puissent vivre dignement. Le travail de l’abbé Gravel avait mené au dépôt d’un projet de loi mort au feuilleton lorsque les conservateurs ont déclenché les élections de 2008. Christiane Gagnon a par la suite pris en charge le dossier. Le Bloc a depuis saisi la Chambre d’un projet de loi et d’une motion visant à rendre l’inscription au SRG automatique, mais le gouvernement a continué de faire la sourde oreille.

Inscription automatique à partir de 2018

Mercredi dernier, le Bloc Québécois relançait la campagne bloquiste visant à éliminer les obstacles entre les personnes âgées et l’aide à laquelle elles ont droit et dont elles ont besoin. Deux jours plus tard, le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, faisait savoir que l’inscription au SRG à partir de 65 ans deviendrait automatique à partir de 2018.

« Déjà au comité de 2001, les fonctionnaires reconnaissaient être au courant du problème depuis l’arrivée au pouvoir des libéraux de Jean Chrétien, en 1993. Le fédéral aura donc eu besoin de 25 ans, 8 gouvernements, 3 projets de loi à la Chambre des communes et 2 motions unanimes de l’Assemblée nationale avant d’enfin agir. Il y a un quart de siècle d’attente quand on veut que le fédéral prenne ses responsabilités envers les personnes qui vivent dans la précarité. Ça démontre une réelle déconnexion entre le gouvernement canadien et les besoins des Québécoises et des Québécois. Nous n’avons pas à tolérer ce laxisme », a conclu M. Thériault

 MENTIONS LÉGALES

Le droit à l'image des personnes physiques
La reproduction de l'image d'un groupe ou d'une scène de rue dans un lieu public est permise, sans besoin de solliciter le consentement de chaque personne photographiée. On considère que l'image ne porte pas atteinte à la vie privée car la personne se trouvant dans un lieu public a consenti à être exposée aux regards des autres.

Tous droits réservés : photos et vidéos
Vous êtes invités à partager les images et les vidéos de La Plume Libre Montcalm, par contre vous devez obtenir une autorisation écrite de notre part pour toute utilisation commerciale ou pour toute manipulation de vidéo.

Merci
L'Équipe de Plume Libre Montcalm