Luc Thériault

TheriaultL 01 A59P6874

TheriaultL 01 A59P6874
C'est avec une immense tristesse que tous ont appris, dimanche, le décès de Monsieur André Auger, 86 ans, un homme aux multiples implications et un grand Saint-Linois. « Comment passer sous silence son règne comme maire de Saint-Lin-des-Laurentides, pendant plus de 43 ans? Peu d’élus auront eu l’honneur de servir leur communauté pendant autant d’années », a tenu à commenter Luc Thériault, député de Montcalm.

Bien que retiré de la politique municipale, depuis quelques années, M. Auger était toujours aussi activement impliqué et dévoué à la cause de voir un jour le Québec accéder au rang de pays. Il militait d'ailleurs à titre de conseiller au sein de l’exécutif du Bloc Québécois de Montcalm. « C’était un grand privilège de pouvoir bénéficier des précieux conseils du doyen de l’équipe », a ajouté M. Thériault.

« Au nom de ma formation politique et des membres de l’exécutif du Bloc Québécois de Montcalm, j’offre mes plus sincères condoléances à sa famille, ses proches, ses nombreux amis ainsi qu'à toute la communauté de Saint-Lin-des-Laurentides. Je salue la mémoire de ce grand homme. »

Monsieur André Auger sera exposé à l'hôtel de Ville de Saint-Lin-Laurentides, situé au 900, 12e Avenue, à Saint-Lin-Laurentides (QC) J5M 2W2, ce jeudi, de 19 h à 22 h, vendredi, de 14 h à 17 h et de 19 h à 22 h ainsi que samedi, de 9h30 à 11 h. Ses funérailles seront ensuite célébrées, à compter de 11 h, à l'église de Saint-Lin-Laurentides.

LucTheriault

LucTheriault
Le député de Montcalm, Luc Thériault salue la décision des élus de Montcalm qui, par voix de résolution, s'opposent catégoriquement et unanimement au passage de l'oléoduc Énergie-Est sur le territoire de la MRC. «Ce dossier, c'est un marathon. Tant qu'on va se tenir, cet oléoduc ne passera pas. La position des élus de Montcalm est un jalon de plus dans ce combat qui mobilise le Québec tout entier», a déclaré le député.

Les préoccupations des élus de Montcalm rejoignent en tous points celles du député. «Cet oléoduc présente de très nombreux risques environnementaux. À l'échelle du Québec, il traverserait plus de 860 cours d'eau. Dans notre région, les terres agricoles de Saint-Roch-de-L'Achigan, et j'ajouterai celles de L'Épiphanie et Mascouche, seraient directement touchées par le tracé. D'ailleurs, je tiens à dire que ce sont les producteurs qui, les premiers, ont sonné l'alarme. Grâce à eux, l'UPA a aussi joint le mouvement d'opposition», a souligné le député. Un bris de ces voies souterraines provoquerait un désastre pétrolier majeur sur nos terres agricoles et dans nos cours d'eau.

Pétition

Activement impliqué dans ce dossier, M. Thériault a, rappelons-le, parrainé une pétition contre le passage d'Énergie-Est. Au moment de son dépôt, en juin dernier, à la Chambre des communes, la pétition comptait plus de 25 000 signatures.

La mise en place de ce tuyau hausserait de 40 % la production de pétrole issu des sables bitumineux de l'Alberta. Or, ce pétrole serait exclusivement destiné à l'exportation, sans aucune retombée pour le Québec, mais avec tous les risques et dommages irréversibles pour le patrimoine environnemental et écologique à sa charge.

Énergie-Est, c'est comme ajouter l'équivalent de 7,6 millions de nouvelles voitures sur les routes du Québec.

«Il revient aux Québécois de dire que ce projet-là, on n'en veut tout simplement pas. Faisons comprendre une fois pour toutes au premier ministre Trudeau que c'est à nous de décider ce qui passe chez nous, sur nos terres et dans nos cours d'eau», a conclu le député Thériault.

TheriaultL 01 A59P6874

TheriaultL 01 A59P6874
« Vendre aux plus riches l’accès direct aux ministres et même au premier ministre, c’est pas parce que c’est légal que c’est moral. C’est cynique et ça remet en cause l’intégrité de toute la classe politique. Il faut mettre fin à toute apparence de conflits d’intérêts en rétablissant le financement public des partis politiques », a déclaré Luc Thériault.

Le Globe and Mail révélait mardi qu’en mai dernier, des hommes d’affaires chinois avaient pu rencontrer le premier ministre Justin Trudeau en échange d’une contribution de 1 500 $ à son parti. Plus tôt ce mois-ci, c’était le ministre des Finances Bill Morneau qui rencontrait des lobbyistes d’une pharmaceutique dans un cocktail à 500 $ l’entrée. C’est la ministre de la Justice Judy Wilson-Raybould qui avait lancé le bal au printemps dernier en participant à une activité de financement au profit des libéraux. La soirée était organisée par une prestigieuse firme d’avocats dont l’un des partenaires était lobbyiste au ministère de la Justice à peine 48 heures avant l’événement.

Les partis politiques fédéraux recevaient un financement public selon le nombre de votes reçus jusqu’à ce que les conservateurs abolissent cette mesure en 2011. Les libéraux de Justin Trudeau refusent de rétablir le financement public des partis, faisant valoir que les règles canadiennes sont parmi les plus strictes au monde. Luc Thériault n’est pas de cet avis : « Au Québec, non seulement il y a un financement public des partis politiques, mais en plus, on a réduit le montant maximal des contributions. Le résultat, c’est que ce sont des militants et des contribuables qui financent les partis politiques, pas les élites qui essaient de promouvoir leur agenda personnel. »

« Les amis des libéraux ne signent pas leurs gros chèques pour rien. Il faut les tenir le plus loin possible de la table de décision pour que la population puisse avoir confiance en ses institutions », a conclu le porte-parole bloquiste en matière d’institutions démocratiques.

LucThériault

LucThériault
Préoccupé par la situation précaire de familles, le député de Montcalm, Luc Thériault demande au gouvernement fédéral d’agir pour que les mères de famille aient accès à l’assurance-emploi lorsqu’elles perdent leur emploi à la suite de leur congé de maternité et parental.

Les prestations de l’assurance-emploi sont calculées selon les revenus des individus durant les 52 semaines précédant leur demande. Or, les mères qui se sont prévalues de leur congé de maternité et parental n’ont pas suffisamment d’heures accumulées à leur retour pour être admissibles au régime. La Loi sur l’assurance-emploi a pourtant toujours prévu des cas d’exception pour lesquels la période de référence a été doublée, passant à 104 semaines, notamment pour les détenus ainsi que pour les personnes malades ou blessées.

Ces mesures d’exception protègent également les personnes incapables de travailler « par suite d’une grossesse ». Toutefois, un règlement à la loi vient limiter la « suite d’une grossesse » comme étant « celle qui rend la prestataire incapable d’exercer les fonctions de son emploi régulier ou habituel ou d’un autre emploi convenable ». Il s’agit donc uniquement de situations de retrait préventif. Le gouvernement fédéral peut corriger le tir en rétablissant la définition de «suite d’une grossesse» à l’article 41(2) de la Loi de manière à y inclure les congés de maternité.

En juin dernier, le Bloc Québécois a sollicité l’intervention de la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail, MaryAnn Mihychuk,  sans obtenir de réponse satisfaisante. « Entendons-nous bien : la suite d’une grossesse, la plupart du temps, c’est l’accouchement! Le fédéral doit agir pour que l’assurance-emploi corresponde à la réalité des mères québécoises », a fait valoir le député.

Les Québécoises sont les plus touchées par ce règlement limitatif depuis la mise en place du Régime québécois d’assurance parentale, un programme plus généreux et progressiste que celui prévu par l’assurance-emploi, en vigueur pour les femmes canadiennes. En effet, la générosité du programme québécois fait en sorte que les femmes sont 14 % plus nombreuses à se prévaloir de leur congé de maternité et celui-ci dure en moyenne six semaines de plus que celui des Canadiennes. Malheureusement, en cas de perte d’emploi pendant leur grossesse ou à leur retour, les Québécoises ont par conséquent davantage de difficulté à rencontrer les critères de l’assurance-emploi.

Devant le silence de la ministre Mihychuk, le Bloc Québécois a dû déposer un projet de loi visant à mettre un terme à ce préjudice. « Les mesures plus généreuses que nous avons collectivement choisies au Québec ont fait bondir le nombre de femmes sur le marché du travail. Les Québécoises n’ont pas à payer le prix pour le retard canadien en matière d’égalité homme-femme. L’injustice à réparer est inacceptable et la solution est simple. Nous nous attendons donc à ce que la ministre agisse sans plus tarder », a conclu M. Thériault.

204A0875 2

204A0875 2
Le député de Montcalm, Luc Thériault, demande au gouvernement fédéral, et plus particulièrement au ministre des Transports, Marc Garneau,  de prendre acte de l'opposition des citoyens et des élus locaux dans le dossier de l'aéroport de Mascouche. M. Thériault salue au passage la motion adoptée en ce sens à l'Assemblée nationale (9 novembre).

Au lendemain de l'annonce émise par Transports Canada, laquelle autorise la construction d'un nouvel aérodrome de plaisance à Mascouche / Terrebonne, le député Thériault s'explique mal cette décision qui ne tient aucunement compte de la volonté des citoyens, ni des considérations environnementales et encore moins de l'acceptabilité sociale du projet. «Depuis le début, le ministre Garneau a été interpellé par les élus locaux, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et les citoyens. Aujourd'hui, il se cache derrière son appareil administratif pour faire part de sa décision qui ne tient pas compte du bien commun», a tenu à souligner le député.

Loi sur l'aéronautique

M. Thériault dénonce également le caractère désuet et invasif de la Loi fédérale sur l'aéronautique, qui favorise la culture du secret et le manque de transparence. Cette Loi prévoit une prétendue consultation publique menée et organisée par les principaux intéressés, les pilotes via la Corporation de l'aéroport. Or, insiste le député, c'était pipé d'avance. «Il faut revoir cette Loi. On en a soupé des décisions unilatérales à la Mirabel, sans considération pour nos lois sur le zonage agricole, la protection de l'environnement et le respect d'un des paramètres incontournable du développement durable en 2016: l'acceptabilité sociale.»

«Je pensais que c'était terminé le temps où un groupuscule pouvait imposer ses intérêts privés de manière unilatérale et cavalière au détriment de ceux de la majorité des citoyens. Que le ministre arrête de se cacher derrière ses fonctionnaires et qu'il ait le courage de justifier à l'ensemble des élus de l'Assemblée nationale, aux élus locaux municipaux et fédéraux et de la CMM, aux citoyens de Mascouche/Terrebonne, en quoi sa décision est fondée sur le bien commun», a conclu M. Thériault.

Le député Thériault n'entend pas en rester là et compte demander formellement au ministre Garneau de renverser sa décision.

LucThériault

LucThériault
Le député de Montcalm et porte-parole du bloc québécois en affaires étrangères, Luc Thériault, dénonce la réception indigne d’un parlementaire qu’a offert le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, au député européen José Bové.

« Sans être d’accord avec toutes les positions de M. Bové, il est un parlementaire européen dûment élu qui vient discuter d’un accord majeur pour l’Europe et le Canada. Je vois mal comment l’on peut lui interdire de venir donner une conférence. Il a des objections au traité de libre-échange? C'est d'intérêt public.  Au train où vont les choses, la société civile ne pourra plus inviter personne, incluant des députés, qui ne seront pas en parfait accord avec le gouvernement libéral. La politique n’a pas sa place aux douanes », a déclaré M. Thériault.

José Bové devait prononcer une allocution au Centre Saint-Pierre de Montréal lorsqu’il a été intercepté aux douanes. Après cinq heures de détention à l’aéroport, il a été envoyé à son hôtel en attendant son traitement dans le premier vol disponible vers Paris, aujourd’hui à 13 h. Le gouvernement canadien reproche à José Bové des gestes de désobéissance civile dont les plus célèbres sont le démantèlement d’un restaurant McDonald’s en 1999 et la destruction de deux champs de maïs transgénique expérimental de la multinationale Monsanto en 2008.

À la dernière minute, le gouvernement fédéral a finalement autorisé M. Bové à rester au Canada pour une durée de sept jours.

« J’estime que c’est dans l’intérêt général que des points de vue différents soient entendus. Quant aux frasques de M. Bové, elles remontent à plus d’une quinzaine d’années. Je ne crois pas que qui que ce soit pense qu’il puisse être un danger public. Le traitement réservé à M. Bové est un grave impair diplomatique qu’on aurait plutôt associé aux conservateurs qu’à des libéraux qui se vantent du retour du Canada à l’international », a conclu le député bloquiste.

LucTheriault

LucTheriault
Hier soir, les libéraux ont clairement indiqué qui sont les vrais patrons à la Chambre des communes. Ce ne sont pas les citoyens, ce sont les banques qui mènent le bal à Ottawa. Ce sont elles qui investissent 80 % des milliards qui dorment à la Barbade. J’en comprends que lorsque Justin Trudeau parlait de ‘voies ensoleillées’, il indiquait simplement aux plus fortunés le chemin à prendre avec leur argent », s’est indigné-e le député de Montcalm, Luc Thériault, après que la motion de son collègue Gabriel Ste-Marie contre l’évitement fiscal à la Barbade ait été défaite par les libéraux et les conservateurs.

Avec le vote sur la motion M-42 du porte-parole en finances du Bloc Québécois, les parlementaires se prononçaient pour la toute première fois sur la légalité des paradis fiscaux. Les élus au Parlement canadien ont majoritairement refusé de s’engager à lutter contre l’évitement fiscal des banques et des grandes entreprises.

La motion demandait au gouvernement de modifier le règlement 5907 à la Loi de l’impôt sur le revenu qui permet l’évitement fiscal à la Barbade même si la loi ne l’autorise pas. Cette opposition entre la loi et son règlement est exceptionnelle. Puisqu’il s’agit d’un règlement et non pas d’une loi, il n’a pas été débattu en Chambre et n’a jamais fait l’objet d’un vote des parlementaires avant aujourd’hui.

« C’est maintenant évident que quiconque veut combattre les paradis fiscaux a peu d’amis à Ottawa. Mais ce n’est que le commencement. Le Bloc Québécois a l’intention de demander à Québec et à des organismes de la société civile de saisir les tribunaux de ce dossier puisque ce règlement est potentiellement illégal. Si le fédéral refuse de respecter la volonté de la population, on va leur tordre le bras », a conclu M. Thériault.

LucThériault

LucThériault
« C’est complètement irresponsable de couper en santé alors que les besoins sont de plus en plus criants. Aujourd’hui, le Québec parle d’une seule voix pour exiger le rétablissement des transferts en santé sans condition. Nous n’acceptons aucun compromis quand on défend nos malades », a déclaré le leader parlementaire du Bloc Québécois, Luc Thériault.

Ce matin, l’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité la motion suivante : « Que l’Assemblée nationale dénonce l’intention du gouvernement fédéral de réduire la hausse des transferts fédéraux en santé de 6% à 3% à partir de 2017-2018, qu’elle exige qu’il respecte son engagement électoral de renégocier les transferts fédéraux en santé avec les provinces en lui rappelant que la santé est une compétence exclusive des provinces. »

« On va se tenir debout pour notre monde.  Plutôt que d’imposer les coupes unilatérales des conservateurs avec les conditions des néodémocrates, le gouvernement libéral doit maintenir la hausse des transferts à 6 % sans condition, comme le lui demande le Québec », a conclu Luc Thériault.

 MENTIONS LÉGALES

Le droit à l'image des personnes physiques
La reproduction de l'image d'un groupe ou d'une scène de rue dans un lieu public est permise, sans besoin de solliciter le consentement de chaque personne photographiée. On considère que l'image ne porte pas atteinte à la vie privée car la personne se trouvant dans un lieu public a consenti à être exposée aux regards des autres.

Tous droits réservés : photos et vidéos
Vous êtes invités à partager les images et les vidéos de La Plume Libre Montcalm, par contre vous devez obtenir une autorisation écrite de notre part pour toute utilisation commerciale ou pour toute manipulation de vidéo.

Merci
L'Équipe de Plume Libre Montcalm