Luc Thériault

Luc Theriault

Luc Theriault
« Depuis le début, on aurait pu intituler tout le processus “Chronique d’une réforme avortée’’. L’échéancier irréaliste; le rejet d’un référendum pour laisser la population trancher; le sondage biaisé et insignifiant mis en place pour miner le travail du comité; les déclarations cyniques : le gouvernement prépare ce changement de cap depuis longtemps », a déclaré le député de Montcalm, Luc Thériault.

Le porte-parole du Bloc Québécois en matière d’institutions démocratiques a vertement dénoncé l’abandon de la réforme du mode de scrutin par le gouvernement Trudeau. Dans sa lettre de mandat soumise à Karina Gould, le premier ministre précise à la ministre des Institutions démocratiques récemment nommée que « la modification du système électoral ne fera pas partie de (son) mandat ».

« En jouant au cheerleader du changement, Justin Trudeau a fait monter les attentes et aujourd’hui, il contribue à augmenter le cynisme de la population », déplore M. Thériault.

Le premier ministre avait promis qu’il s’agirait de la dernière élection organisée selon un scrutin majoritaire uninominal à un tour. Le comité spécial de la réforme a remis un rapport majoritaire demandant au gouvernement d’adopter un mode de scrutin plus proportionnel après une vaste tournée de consultations populaires.

Rappelons que le premier ministre a semé le doute à de nombreuses reprises, notamment en octobre dernier lorsqu’il affirmait en entrevue au Devoir que les citoyens « ont maintenant un gouvernement avec lequel ils sont plus satisfaits. Et la motivation de vouloir changer le système électoral est moins percutante ».

« Justin Trudeau se comporte en monarque absolu du haut de sa majorité. Il a abandonné les milliers de citoyens qui ont cru au changement. Quelle perte de temps, d’énergie et d’argent ! Pour Justin Trudeau, seuls comptent les intérêts libéraux », a conclu Luc Thériault.

LTheriault

LTheriault
Le député de Montcalm, Luc Thériault, est formel : les combats menés au cours de l'automne par le Bloc Québécois à Ottawa ont servi les Québécois.

« Nos députés ont fait un travail extraordinaire face à un gouvernement qui n’a aucune sensibilité quant aux façons de faire du Québec, a déclaré M. Thériault. Pour les libéraux de Justin Trudeau, renouveler le Canada implique que le Québec rentre dans le rang. Or, si le Bloc Québécois ne défend pas le Québec, personne d’autre ne le fera. »

Le Bloc est la seule formation politique à s’être opposée fermement à Énergie Est, indépendamment des travaux de l’Office national de l’énergie. Il a été le seul à dénoncer le gouvernement lorsqu’il a appliqué les coupes de Harper dans les transferts en santé. Le Bloc a également été seul à défendre la position de l’industrie forestière québécoise avec la reprise du conflit du bois d’œuvre. Il a été le seul à s’inquiéter du réinvestissement dans Muskrat Falls et le seul à défendre les familles incapables d’acheter une première maison à cause d’une politique fédérale mur-à-mur de resserrement des exigences hypothécaires.

La semaine dernière, en réaction à la décision du ministre Marc Garneau d'autoriser l'aménagement du nouvel aérodrome à Mascouche / Terrebonne, le député Thériault a rassemblé autour d'une même table des élus de tous les paliers (fédéral, provincial, municipal) pour dénoncer le projet, mais aussi la façon de faire du gouvernement Trudeau.  «Depuis le début, le ministre Garneau a été interpellé par les élus locaux, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et les citoyens. Aujourd'hui, il se cache derrière son appareil administratif pour faire part de sa décision qui ne tient pas compte du bien commun», avait alors déploré le député.

Le Bloc s’est aussi démarqué par ses actions en Chambre avec le dépôt d’un projet de loi pour les femmes qui perdent leur emploi après une grossesse, et d'un autre sur le financement des partis politiques.

Une motion bloquiste visant à enrayer l’évitement fiscal des banques dans les paradis fiscaux a été rejetée par les libéraux et les conservateurs, mais les élus du Bloc Québécois entendent maintenir la pression. Et que dire de C-29, projet de loi impliquant des mesures pour permettre aux banques de contourner la loi québécoise sur la protection du consommateur et dans lequel le Bloc a sonné l’alarme. Les amendements du Bloc ont été repris par l’Assemblée nationale dans sa motion unanime et par le Sénat jusqu’à ce que le gouvernement Trudeau fasse marche arrière pour la première fois dans son mandat.

« Les 40 députés libéraux du Québec savaient qu’ils sacrifiaient l’intérêt des consommateurs québécois pour plaire aux banques. Pourtant, ils l’ont fait, a dénoncé M. Thériault. On ne sait pas quand viendra la prochaine attaque des libéraux contre nos intérêts, mais on sait qu’elle viendra. Et à ce moment-là, ils vont nous trouver sur leur chemin, tant et aussi longtemps qu’on ne sera pas indépendants », a conclu le député de Montcalm.

Luc Theriault

Luc Theriault
Une entrevue importante avec M. Luc Thériault, député de Montcalm, sur les premières décisions du président Trump.

 

LTheriault

LTheriault

Coup de théâtre à Ottawa alors que les libéraux ont finalement fait marche arrière avec leur projet de loi C-29. « Par son geste, le gouvernement admet que c’est honteux de permettre aux banques de contourner la loi québécoise pour flouer les consommateurs. Nous avons tout fait pour alerter le Québec et nous sommes fiers de cette grande victoire du front commun québécois », a déclaré le député de Montcalm, Luc Thériault.

En mêlée de presse, le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a demandé au Sénat de retirer du projet de loi C-29 les dispositions sur la protection du consommateur qui ont semé l’indignation au Québec. C-29 sera donc représenté à la Chambre des communes avec les amendements du Sénat et la Chambre pourra l’adopter sans les mesures permettant aux banques de contourner la loi québécoise sur la protection du consommateur.

Rappelons que le Bloc Québécois a braqué les projecteurs sur cette attaque frontale contre les consommateurs au cours d’un point de presse avec le Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MEDAC), le 28 novembre dernier. Le Bloc y annonçait ses amendements au projet de loi qui étaient étudiés le jour même en comité, mais le gouvernement les a refusés. Ces amendements ont ensuite été repris par l’Assemblée nationale dans une motion unanime demandant au fédéral de faire marche arrière. Or, les libéraux fédéraux ont tout de même fait adopter le projet de loi en Chambre, faisant fi de l’opposition de tous les partis politiques, des groupes de protection des consommateurs et de la Chambre des notaires du Québec, notamment.

Sous pression constante, il a toutefois dû plier. « Nous ne sommes pas peu fiers de  souligner que c’est la première fois que le gouvernement Trudeau est forcé de reculer sur un projet de loi », a tenu à souligner M. Thériault.

Ce front commun pour contrer C-29 n'est pas sans rappeler cet autre grand rassemblement qui a pris place, la semaine dernière, au bureau de circonscription du député Thériault, pour s'élever contre la décision du ministre Garneau d'autoriser l'aménagement du nouvel aérodrome de Mascouche / Terrebonne. Des élus de tous les paliers, fédéral, provincial et municipal, des gens d'affaires et des représentants de la CMM, de l'UPA et d'organismes environnementaux ont uni leur voix pour dénoncer l'opération déboisement qui, en quelques jours seulement, a anéanti 9 hectares de forêts et pillé autant de milieux humides. « Les dossiers auxquels les Québécois s’opposent catégoriquement s’accumulent à Ottawa. Malheureusement, il semble que le gouvernement Trudeau fasse plus souvent qu’autrement à sa tête, et ce, malgré l’opposition sans équivoque du Québec » a conclu Luc Thériault.

unnamed

unnamed
Initiée par le Centre de femmes Montcalm et parrainée par le député Luc Thériault, la pétition e-611, sur l'étiquetage des produits ménagers, vient de franchir le cap des 500 signatures. Alors que s'amorce le dernier droit pour signer la pétition, le député Thériault invite toute la population à signifier son appui à la démarche du Centre de femmes Montcalm.

La pétition demande au gouvernement du Canada d'adopter une Loi sur l'étiquetage des produits d'entretien ménager. Présentement, sauf l'avertissement général, aucun ingrédient n'est nommé. « C'est une question de santé publique et de protection de l'environnement, ce qui nous concerne tous », a fait valoir le député.

IMG 3896 2

IMG 3896 2
Mise en ligne sur le site du Parlement du Canada, la pétition bénéficie également d'un format papier, disponible auprès de la plupart des hôtels de ville des municipalités de la MRC Montcalm, chez plusieurs organismes de la région, ainsi qu'au Centre de femmes Montcalm.

« Nous sommes vraiment reconnaissantes de chaque signature. Merci de contribuer individuellement à un changement collectif », a commenté Roxanne Giroux-Lévesque, animatrice-intervenante au Centre de femmes.

Pétition relayée par Équiterre

Mentionnons que la pétition compte aussi sur l'appui d'Équiterre qui en a fait la promotion par le biais de ses réseaux sociaux. «L'appui d'Équiterre a grandement fait rayonner la pétition», se réjouie Mme Giroux-Lévesque.

Il est possible de signer la pétition jusqu'au 10 février. Son dépôt à la Chambre des communes se fera dans les semaines suivantes, par le député Thériault.

Pour signer la pétition en ligne, rendez-vous sur le site du Parlement du Canada au https://petitions.parl.gc.ca/fr/Petition/Sign/e-611

 

Luc Theriault Front commun dec 2016

Luc Theriault Front commun dec 2016
6 autres vidéos (au bas de la page)

Dossier Aéroport de Mascouche

Une importante conférence de presse s'est déroulée ce matin, au bureau de circonscription du député fédéral de Montcalm, Luc Thériault.

À l'invitation de ce dernier, les élus de la région de Mascouche et Terrebonne, tous paliers et horizons confondus, fédéral, provincial, municipal, des représentants de la CMM, de l'UPA, de la Chambre de commerce et d'industrie Les Moulins, de groupes environnementaux, du site d'enfouissement Complexe Enviro Progressive, ainsi que des citoyens se sont réunis autour d'une même table pour dénoncer le projet de l'aérodrome de Mascouche / Terrebonne et l'opération déboisement qui, en quelques jours seulement, a détruit 9 hectares de terrain boisé. Le geste visait surtout à signifier le front commun qui a rapidement pris forme contre la décision du ministre des Transports du Canada, Marc Garneau, d'autoriser la construction de cet aérodrome.

« Marc Garneau signe ici un mini-Mirabel. Il persiste et signe son intrusion grossière dans nos terres, il bafoue nos lois sur la protection du territoire agricole et sur l'environnement. Aujourd'hui, on se réuni, on se rassemble et on additionne nos voix et nos forces. Face à ce front commun, Marc Garneau aurait tout intérêt à sortir de son état d'apesanteur», a déclaré M. Thériault.

Même son de cloche du côté de Michel Boudrias, député fédéral de Terrebonne. « À partir d’aujourd’hui, nous faisons front commun en portant le consensus national du Québec sur cet enjeu. La véritable consultation publique commence maintenant. J’exige que le Ministre Garneau reprenne le processus décisionnel à partir du début. »

« C’est une première victoire pour la Ville de Mascouche, mais il est évident que nos élus locaux ne peuvent faire cavalier seul. J’espère que le gouvernement du Québec se mettra immédiatement au travail et se portera à la défense de nos lois pour assurer la protection des terres, des milieux humides et boisés sur le site de l’aéroport », a insisté le député provincial de Masson, Mathieu Lemay.

Au moment de prendre la parole, le maire de Mascouche, Guillaume Tremblay accueillait avec soulagement la décision de la juge d'accepter la demande d'injonction déposée un peu plus tôt par la Ville de Mascouche. « L'impact de ce front commun prend encore plus de sens et sera important au cours des prochaines semaines », a-t-il soutenu.

Pour le maire de Terrebonne, Stéphane Berthe, ce front commun lance un signal clair au gouvernement fédéral. « On demande à nos citoyens qui coupent un arbre d'en planter un nouveau. Là, on vient de raser 9 hectares sur un boisé d'intérêt métropolitain. Moi, ça me scandalise», a-t-il dénoncé.

Le président de l'UPA L'Assomption - Les Moulins, Stéphane Sansfaçon se questionne sur la décision du ministre Garneau d'approuver pareil projet surtout, insiste-t-il, que M. Garneau avait lui-même déclaré, pas plus tard qu'en mars dernier, qu'un « tel aménagement n'était pas dans l'intérêt du public ».

Enfin, Hector Chamberland, directeur du développement de Complexe Enviro Progressive, s'inquiète de la proximité du nouvel aérodrome avec le site d'enfouissement. « Notre préoccupation se situe au niveau de la sécurité. Le ministère des Transports a lui-même un règlement qui stipule qu'un site d'enfouissement ne peut pas se trouver dans un rayon de 8 km d'un aéroport », pointe-t-il. Or, le nouvel aérodrome de Mascouche / Terrebonne se situera à moins de 3 km du site d'enfouissement.

Pierre-Luc Bellerose, attaché politique de la ministre responsable de Lanaudière, Lise Thériault, Simon Savignac, attaché politique du chef de la Coalition Avenir Québec François Legault, Jonathan Laporte, attaché politique du député de Terrebonne Mathieu Traversy, les maires de St-Cuthbert, Charlemagne et Repentigny, de même que François Desrochers, représentant de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et Vicky Violette, du Conseil régionale de l'environnement de Lanaudière étaient présents.

Michel Boudrias
Député de Terrebonne
Mathieu Lemay
Député de Masson
Guillaume Tremblay
Maire de Mascouche
Stéphane Berthe
Maire de Terrebonne
Stéphane Sansfaçon
Président | Syndicat
UPA L'Assomption - Les Moulins
Hector Chamberland
Directeur affaires publiques
Complexe Enviro Progressive Ltée

Luc Theriault

Luc Theriault
ENTRÉE LIBRE
Dimanche 29 janvier 2017 de 10 h 30 à midi
Pavillon du Grand Coteau
2510, Boulevard de Mascouche
Mascouche QC J7K 0H5

Inscription : 450 474-1044 ou par courriel :

TheriaultL 01 A59P6874

TheriaultL 01 A59P6874
Le député de Montcalm, M. Luc Thériault, veut changer la façon de faire de la politique. Bien qu’il soit présent lors de plusieurs activités des organismes, le député veut rejoindre plus de gens possibles, et ce même en dehors des périodes électorales.

Je ne peux pas bien vous représenter à Ottawa sans savoir quelles sont vos préoccupations et vos opinions.
Luc Thériault, député de Montcalm

Il entreprend donc une tournée des villes de la circonscription, dimanche dernier, il invitait les citoyens de Saint-Roch-de-l'Achigan et de Saint-Roch-Ouest au sous-sol de l'église. Chaque mois, il vous invitera dans une des municipalités.

Le 29 janvier, ce sera au tour des gens de Mascouche de le recevoir. Suivez Plume Libre Montcalm pour connaître les prochaines dates des rencontres.

Il en profite pour vous expliquer les différents volets de la politique fédérale et les dossiers s'y rapportant.

S'en suit une période de discussions où le député répond aux multiples questions.

Pour lui, c'est important de prendre le pouls des citoyens afin de bien les représenter à Ottawa.

 MENTIONS LÉGALES

Le droit à l'image des personnes physiques
La reproduction de l'image d'un groupe ou d'une scène de rue dans un lieu public est permise, sans besoin de solliciter le consentement de chaque personne photographiée. On considère que l'image ne porte pas atteinte à la vie privée car la personne se trouvant dans un lieu public a consenti à être exposée aux regards des autres.

Tous droits réservés : photos et vidéos
Vous êtes invités à partager les images et les vidéos de La Plume Libre Montcalm, par contre vous devez obtenir une autorisation écrite de notre part pour toute utilisation commerciale ou pour toute manipulation de vidéo.

Merci
L'Équipe de Plume Libre Montcalm