La source d'information dans Montcalm

Tenez-vous informé, enregistrez-vous à l'infolettre

Vidéos de Nicolas Marceau

Crise appréhendée du bois d’œuvre - Pourquoi le gouvernement a-t-il attendu aussi longtemps avant d’agir?

marceauLe porte-parole du Parti Québécois en matière de forêts, de faune et de parcs, Sylvain Roy, ainsi que le député de Rousseau, Nicolas Marceau, dénoncent l’improvisation totale du gouvernement libéral, qui aurait dû agir depuis plus d’un an afin d’éviter une nouvelle crise du bois d’œuvre.

« Les 60 000 travailleurs forestiers du Québec sont inquiets depuis que l’accord est arrivé à son terme, soit il y a plus d’un an, et le gouvernement n’a rien fait pour les rassurer. Il a embauché le négociateur Raymond Chrétien, mais beaucoup trop tard – à la fin de la période de grâce d’un an, alors qu’il aurait dû le recruter dès que l’accord a pris fin, en octobre 2015. Le gouvernement aurait également dû, dès cette même date, créer une alliance stratégique avec les constructeurs américains », a exposé Sylvain Roy.

« Nous sommes en train de revivre ce qu’on a vécu il y a une dizaine d’années. Au Québec, 250 municipalités s’appuient principalement sur la forêt, et plus de 100 en dépendent entièrement. À l’époque de la dernière crise forestière, le Québec comptait quelque 90 000 emplois dans l’industrie forestière. On a depuis réduit ce nombre à 60 000. Les 30 000 emplois perdus l’ont été en région. Le Québec ne peut absolument pas se permettre une nouvelle crise de l’industrie forestière », a pour sa part insisté le député de Rousseau.

« Cette semaine, la ministre Anglade et le ministre Blanchette ont annoncé avoir demandé au gouvernement fédéral de mettre en place des garanties de prêt pour l’industrie forestière et ses représentants. Au Parti Québécois, nous réclamons que le gouvernement du Québec instaure immédiatement un programme de garanties de prêt dont l’application serait rétroactive au vendredi 25 novembre dernier. De cette façon, nous pourrions véritablement soutenir les entreprises forestières en région; n’oublions pas que c’est toute la filière en aval de l’industrie qui est menacée », a-t-il ajouté.

« Pour illustrer encore davantage l’incompétence du gouvernement libéral en matière de forêt, pensons à l’épidémie de tordeuse des bourgeons de l’épinette, qui touche actuellement 14 000 propriétaires de boisés au Québec, principalement dans les régions de la Gaspésie, de la Côte-Nord, du Bas‑Saint‑Laurent et du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Or, contrairement à ce qui se passe en forêt publique, il n’existe aucune aide gouvernementale pour les petits propriétaires forestiers du Québec dont les boisés sont affectés par la tordeuse, alors que c’est leur capital forestier qui est en jeu! Nous demandons au gouvernement libéral de déposer un plan conjoint avec le fédéral pour aider les producteurs forestiers du Québec », a conclu Nicolas Marceau.

ImprimerCourriel

 MENTIONS LÉGALES

Le droit à l'image des personnes physiques
La reproduction de l'image d'un groupe ou d'une scène de rue dans un lieu public est permise, sans besoin de solliciter le consentement de chaque personne photographiée. On considère que l'image ne porte pas atteinte à la vie privée car la personne se trouvant dans un lieu public a consenti à être exposée aux regards des autres.

Tous droits réservés : photos et vidéos
Vous êtes invités à partager les images et les vidéos de La Plume Libre Montcalm, par contre vous devez obtenir une autorisation écrite de notre part pour toute utilisation commerciale ou pour toute manipulation de vidéo.

Merci
L'Équipe de Plume Libre Montcalm

logo

Catégories

Nos partenaires

Les plus populaires