Économie

DSC 0263 

Dernière Assemblée annuel de la Coop Profid'Or.

Des résultats dépassant toutes attentes. 

CREAVENIR Desjardins Lanaudiere nov 2016Les Caisses Desjardins se mobilisent pour appuyer les jeunes entrepreneurs dans Lanaudière.

Les 12 caisses Desjardins de la région de Lanaudière unissent leurs efforts pour soutenir les jeunes entrepreneurs de la région par le déploiement de deux initiatives régionales coordonnées par le centre Desjardins Entreprises - Lanaudière :

  • Créavenir : un programme de soutien pour les entrepreneurs de 18 à 35 ans qui leur offre une aide financière de 10 000 $ par projet, dont 3 000 $ en subvention et le reste en prêt sans garantie sur 5 ans.
  • Un appui au mentorat à travers une aide de 10 000 $ distribuée aux cinq cellules de mentorat présentes dans la région.

CONTENU DE LA VIDÉO

00:00 Mario Turcot - Directeur général | Desjardins Entreprises–Lanaudière
00:50 Jacques Plante - Coordonnateur au mentorat d’affaires Dyade
(Témoignage «caricatural»...étapes pour devenir un bon entrepreneur)
07:25 Vidéo : Guy cormier - Président et chef de la direction du Mouvement Desjardins
09:20 Conseillères Jeunesse - Desjardins
11:30 Isabelle Veilleux, CPA - CMA
12:10 Cinq cellules de mentorat dans Lanaudière
14:05 Créavenir, le projet
16:15 Conclusion

CES INITIATIVES DE DESJARDINS REPRÉSENTENT UN INVESTISSEMENT DE 100 000 $ DANS LA RÉGION DE LANAUDIÈRE. UN INVESTISSEMENT MAJEUR POUR LES ENTREPRISES ET LES ENTREPRENEURS D'ICI !

CRÉAVENIR

Le déploiement du programme Créavenir se fera à partir de janvier 2017 en partenariat avec les organismes de développement local mandataires des MRC et avec les SADC présentes dans la région. Créavenir se veut un levier financier souple et adapté qui facilite l'accès des jeunes entrepreneurs à d'autres sources de-financement.

C'est important de soutenir les jeunes d'aujoud'hui, ce sont eux qui seront les créateurs de jobs de demain.
Mario Turcot, directeur général | Desjardins Entreprises

MENTORAT D'AFFAIRES
Puisque le mentorat d'affaires augmente significativement le taux de réussite des jeunes entrepreneurs, soutenir cette initiative s'inscrit dans la suite logique. Ainsi, Desjardins Entreprises vient non seulement appuyer le démarrage des entreprises avec Créavenir, mais également la démarche qui aide à les garder en activité.

« Avec l'annonce de ces deux initiatives de partenariat entre Desjardins et les organismes du milieu, c'est l'environnement d'affaires de la région de Lanaudière qui devient plus stimulant et plus propice pour les jeunes entrepreneurs. Ils pourront compter sur des partenaires mobilisés pour leur fournir un coffre à outils maintenant enrichi avec le programme Créavenir, du mentorat par cinq cellules, et de l'accompagnement qui demeure crucial pour la réussite de tout projet d'affaires, particulièrement dans les phases de démarrage » de conclure M. Turcot, directeur général, Desjardins Entreprises - Lanaudière.

À propos de Créavenir
Sachant que c'est parmi les jeunes de 18 à 35 ans que le potentiel entrepreneurial est le plus important, Desjardins veut encourager ces jeunes à concrétiser leur projet d'affaires. En s'associant dans le cadre de Créavenir à une soixantaine de partenaires de soutien à l'entrepreneuriat au Québec, Desjardins offre aux jeunes entrepreneurs un accompagnement de proximité tout au long du démarrage de leur entreprise ainsi qu'un financement adapté à leur réalité et à leur capacité financière.

Des exemples de jeunes entrepreneurs qui ont fait du chemin grâce à Créavenir dans d'autres régions
Après avoir goûté à la grande ville, Marie-Ève Roy choisit de s'installer en région, à Granby. Consciente qu'il sera difficile de trouver un emploi dans son domaine d'expertise, elle décide d'apprendre un nouveau métier, soit celui d'entrepreneur. Avec l'aide du Centre d’aide aux entreprises Haute-Yamaska, du Centre local de développement (CLD) de Haute Yamaska, de la Caisse Desjardins de Granby Haute- Yamaska et de Créavenir, elle met en place les Mollets Frisquets, une entreprise de confection utilisant des tissus recyclés. Avec deux employés à temps partiel, un carnet de commandes bien rempli et des projets plein la tête, Marie-Ève a aujourd'hui le vent dans les voiles.
Lisez d'autres portraits d'entrepreneurs ayant bénéficié de Créavenir à www.desjardins.com/creavenir

À propos de Desjardins Entreprises - Lanaudière
Les experts de Desjardins Entreprises travaillent en partenariat avec les entrepreneurs afin de leur offrir des solutions d’affaires adaptées à leur réalité, peu importe leurs besoins; qu'il s'agisse de financement, de placements, d'assurance, de services de paie et de ressources humaines, de capital de risque, de services internationaux ou de transfert d'entreprise, les quarante directeurs de comptes de l'équipe parlent le même langage que les entrepreneurs. Appartenant aux 12 caisses de la région de Lanaudière, avec ses trois points de services (Repentigny, Terrebonne et Joliette), ses 90 employés et son volume d'affaires frôlant les 4 milliards de dollars, Desjardins Entreprises - Lanaudière est un partenaire d'affaires incontournable pour les entrepreneurs de la région.

À propos du Mouvement Desjardins
Le Mouvement Desjardins est le premier groupe financier coopératif au Canada et le sixième au monde, avec un actif de 248,1 milliards de dollars. Il figure parmi les Employeurs de choix au Canada selon le palmarès établi par Aon Hewitt. Pour répondre aux besoins diversifiés de ses membres et clients, particuliers comme entreprises, sa gamme complète de produits et de services est offerte par son vaste réseau de points de service, ses plateformes virtuelles et ses filiales présentes à l'échelle canadienne. Considéré comme l'institution bancaire la plus solide en Amérique du Nord par l'agence d'information financière Bloomberg, Desjardins affiche des ratios de capital et des cotes de crédit parmi les meilleurs de l'industrie.

Vidéos de M. Guy Cormier et du projet CRÉAVENIR : gracieuseté du Mouvement Desjardins, merci.

image3La Coop Profid'Or a tenu le 27 juin son assemblée générale extraordinaire et les membres ont voté favorablement pour le projet de La Coop Novago. « Notre mission en tant que coopérative est de soutenir le développement économique de nos membres. C’est pourquoi le conseil d’administration est heureux que ces derniers aient suivi sa recommandation d’unir nos forces avec les coopératives Agrivert, Agrodor et Univert. » a mentionné le président de La Coop Profid’Or, Robert Perreault.

logo Novago cAinsi, les coopératives Agrivert, Agrodor, Profid’Or et Univert sont heureuses d’annoncer que les membres ont donné leur approbation pour une fusion de leurs quatre entités. La nouvelle coopérative est connue sous le nom de La Coop Novago et elle verra le jour le 8 avril 2018.

Ce projet est l’aboutissement d’une intercoopération et d’affinités territoriales qui unissent les coopératives impliquées depuis plusieurs années. Cette fusion en partenariat permettra la création d’un véritable pilier économique en région, avec un chiffre d’affaires de plus de 325M$, et plus de 2500 membres producteurs agricoles et plus de 13 000 membres consommateurs.

« Notre mission en tant que coopérative est d'assurer la prospérité de ses membres. Nous veillerons maintenant à continuer d’assurer les services qui étaient offerts par les coopératives à leurs membres et à leurs communautés, en plus de leur faire bénéficier au maximum du modèle d’affaires coopératif », a souligné le nouveau président de La Coop Novago, Jean-Nil Laganière.

« La satisfaction de nos membres étant au coeur de cette réflexion, la fusion vise à optimiser les services qui seront offerts, dans des marchés de plus en plus compétitifs et en perpétuelle évolution. La proximité avec nos membres est également une priorité pour notre conseil d’administration, et nous souhaitons être les leaders dans les secteurs dans lesquels nous sommes impliqués », a expliqué monsieur Laganière.

Les ressources humaines étant au coeur du succès des coopératives impliquées dans la fusion, les employés seront une priorité dans La Coop Novago. Notons que le siège social sera situé à Joliette, mais que La Coop Novago privilégiera une administration décentralisée, c'est-à-dire que des activités administratives pourraient avoir lieu dans différents endroits du territoire, pour maximiser la rétention de la main d’oeuvre, mais aussi pour assurer une présence partout en région.

À propos de La Coop Novago

Issue de la fusion de quatre coopératives (La Coop Profid’Or, La Coop Agrodor, La Coop Agrivert et La Coop Univert), La Coop Novago prendra forme le 8 avril 2018 avec un chiffre d’affaires
839, rue Papineau, Joliette (Québec) J6E 2L6 Succursales : L’Assomption  St-Jacques  St-Lin-Laurentides  Mirabel Téléphone : 450-759-4041  Télécopieur : 450-759-5881 La Sarre  Ville-Marie  Amos
Partenaire des ambitions de ses membres www.profidor.qc.ca consolidé de plus de 325 M$. Propriété de plus de 2500 membres sociétaires et plus de 13 000 membres auxiliaires, la majorité de son chiffre d’affaires proviendra du secteur agricole, mais elle opèrera également 22 quincailleries et 3 stations-services sous les bannières Unimat, BMR et le Magasin du fermier. Plus de 500 employés travailleront pour la nouvelle entité, dont le territoire couvre les régions de la Capitale-Nationale, la Mauricie, Lanaudière, les Laurentides, l’Outaouais et l’Abitibi et le Témiscamingue ontarien et québécois. À propos de La Coop Profid’Or La Coop Profid’Or est une coopérative offrant des services agricoles depuis 1912. Avec un chiffre d’affaires de près de 200 millions de dollars, elle répond aux besoins des producteurs d’une partie de la Mauricie, de Lanaudière, des Basses-Laurentides, de l’Abitibi et du Témiscamingue. Grâce à ses 220 employés, elle offre des services dans 14 établissements, dont 5 quincailleries BMR situées à Joliette, L’Assomption, Saint-Jacques, Saint-Lin-Laurentides et Saint-Benoît de Mirabel, et 3 quincailleries Unimat situées à Amos, La Sarre et Ville-Marie. 1326 fermes sont membres propriétaires de La Coop Profid’Or et 2524 personnes sont membres partenaires.

mois economie socilae 2016 TRESL

3 autres vidéos (as bas de la page)
Dominique De Smet | Caisse d'économie solidaire Desjardins
Nicolas Marceau | Député de Rousseau
Karelle Massy | Jeune mentor de la CAJA

Un long parcours
Depuis 2012, la TRESL milite pour recueillir un support politique dans l’intérêt de ses membres. En effet, comme les entreprises d’économie sociale commercialisent des produits et services pour alimenter leur mission sociale, il apparait évident que le  meilleur moyen de les soutenir, est de faire affaires avec elles. Ce n’était par contre pas si évident que ça au début, notamment à cause de certains préjugés que le public et aussi nos élus entretenaient face à l’économie sociale à l’époque.

À force de rencontres, de présentations, d’invitations et de beaucoup de persévérance, la TRESL a recueilli en date du 30 septembre 2016, 45 déclarations d’engagement provenant d’autant d’organisations publiques lanaudoises. Villes, MRC, ministères, organisations de développement local, bureaux de députés et autres se sont engagées à mieux connaître l’économie sociale, ses produits et services, ses entreprises et ses retombées considérables dans la région. L’objectif ultime de cet engagement est de mettre au service de la communauté, l’immense pouvoir d’achat des organisations publiques.

Aujourd’hui, nous ajoutons les déclarations suivantes :
- Bureau du député de Joliette à la Chambre des communes, M. Gabriel Ste-Marie
- Bureau du député de Montcalm à la Chambre des communes, M. Luc Thériault
- Bureau de la députée de Repentigny à la Chambre des communes, Mme Monique Pauzé
- La municipalité de St-Félix-de-Valois
- La MRC de Montcalm
- La ville de Repentigny

Avec ces ajouts, l’ensemble des députés provinciaux et fédéraux, 4 des 6 MRC, 2 ministères, 32 villes et municipalités ainsi que des organisations de la société civile de Lanaudière ont déposé leur engagement. 

La TRESL et ses membres ont oeuvré sans ménager les efforts pour « professionnaliser » l’image de l’économie sociale, lutter contre les stigmates qui y étaient faussement rattachés et sensibiliser les pouvoirs publics lanaudois aux impacts sociaux positifs et autres avantages d’une économie sociale forte. Aujourd’hui, avec une majorité organisations publiques ayant déposé leur déclaration d’engagement, ces efforts portent leurs fruits. 

Une rencontre au bénéfice de tous
Au Centre d’action bénévole Emilie-Gamelin, sont réunis aujourd’hui 31 représentants de 25 organisations publiques différentes qui rencontreront 14 entrepreneurs pour échanger sur les besoins des marchés publics et sur l’offre de produits et services de l’économie sociale. Gestion environnementale, direction artistique, alimentation, transport actif, mise en valeur des milieux naturels, rembourrage commercial, espaces locatifs, papeterie et fournitures de bureau, contrôle animalier et autres sont au menu de ce diner tournant visant à tisser des liens entre les différents services des approvisionnements et les entreprises d’économie sociale lanaudoises.

« Les entreprises d’économie sociale, ont un but premier; le mieux-être de chacun des individus qu’elles touchent! Les villes et municipalités sont des milieux de vie. Elles sont au coeur du développement humain. Les villes et les entreprises d’économie sociale ont donc un objectif en commun, l’amélioration du bien-être de chaque individu et des conditions de vie dans leur milieu. Nous pouvons travailler ensemble à l’atteinte de ce but, non pas dans une relation « subventionnaire / subventionné », mais plutôt dans une relation partenariale concrète, en répondant à nos besoins mutuels. »
- Darllie Pierre-Louis,
- Présidente de la TRESL et directrice générale du Buffet Accès Emploi, entreprise d’insertion

La TRESL lance aussi lors de cette occasion un guide d’exploration des produits et services en économie sociale à l’intention des organisations publiques. Ce guide offre des exemples de ce qu’il sera possible d’obtenir comme information sur le site web de la TRESL et s’adresse plus spécifiquement aux responsables des achats des villes et autres organisations qui ont déposé leur déclaration d’engagement envers l’économie sociale. D’autres volets de ce guide orientés vers les services aux individus et les services aux entreprises seront à paraître ultérieurement. 

Un répertoire de produits et services locaux et socialement responsables

Le répertoire en ligne de la TRESL a pour objectif que les approvisionneurs et les entrepreneurs puissent se retrouver via un espace virtuel pour nouer des relations d’affaires profitables à tous et bénéfiques pour le développement de notre région. Depuis juin 2016, la TRESL invite ses membres et partenaires à créer leur fiche sur le répertoire de l’économie sociale en adhérant à la TRESL au www.tresl.org sous l’onglet « devenir membre ».

Les membres de soutien (Villes, MRC, Ministères, Commissions scolaires, députés provinciaux et fédéraux) sont invités à fournir de l’information de base sur leurs habitudes d’achats et découvrir des produits et services qui répondent à leurs besoins de façon responsable en soutenant l’économie régionale. 

La base de données fonctionne en deux volets; soit une liste de produits et services identifiables par zones géographiques, par catégories de produits ou par nom de fournisseur, et un répertoire de clients institutionnels soucieux de faire une différence. 

Les entreprises d’économie sociale 
Les entreprises d’économie sociale, ont un but premier; Le mieux-être de chacun des individus qu’elles touchent! Pour atteindre ce but, elles génèrent de l’activité économique, plus d’un demi-milliard de dollars dans Lanaudière et créent des emplois, tout près de 6000 encore une fois dans Lanaudière seulement.

Les entreprises d’économie sociale ont une propriété locale et collective et sont enracinées solidement et profondément dans leur milieu. Elles sont fondées sur une économie réelle, transigent avec des personnes physiques des produits et services concrets. Leur existence repose sur des échanges avec leurs concitoyens et c’est exactement pour cette raison qu’on souhaite s’impliquer en économie sociale, par engagement citoyen, à cause d’une responsabilité mutuelle entre l’entreprise et les différents groupes d’intérêts (travailleurs, usagers, partenaires...) qui y sont rattachés. C’est aussi en se basant sur ces échanges qu’on réparti les surplus. L’économie sociale, ça profite ici et ça profite à tout le monde!

« Il a été démontré que les entreprises d’économie sociale sont plus durables que les entreprises du secteur traditionnel à but lucratif. On peut compter sur elles pour l’avenir. »
- Nicolas Marceau,
- Député de Rousseau, Vice-président de la Commission des finances publiques, Porte-parole de l’opposition officielle responsable de la région de Lanaudière, Porte-parole de l’opposition officielle en matière de relations Québec-Canada, Porte-parole de l’opposition officielle en matière de finances

Un constat partagé
Lors du GSEF 2016, (Forum Mondial de l’Économie Sociale, tenu en septembre à Montréal), des dizaines de maires et mairesses de villes aussi différentes que Paris, Bamako, Barcelone, New York, Granby et Chibougameau nous ont entretenus sur leur vision de l’économie sociale et solidaire ainsi que sur la contribution que cette dernière pourra jouer dans leur milieux respectifs. Ces derniers nous partagent une vision de partenariats, d’investissement, de développement humain dans un cadre économique viable, un environnement sain et qui permet l’épanouissement culturel de chacun. L’économie sociale a été citée comme principal vecteur de développement, comme une solution idéale aux dérives d’une économie capitaliste démesurément financiarisée. 

Nous avons assisté à un changement de paradigme hautement intéressant. L’économie sociale passe d’une économie « de pauvres », une économie « de réparation », à une économie sur laquelle se construiront les grands projets de société du 21e siècle.

Un consensus, les gouvernements de proximité et les entreprises d’économie sociale devront être partenaires pour créer l’innovation sociale, faire évoluer les modèles de participation citoyenne et influencer à notre image les législations nationales, fédérales et mondiales pour le bénéfice de nos communautés.

La table est donc mise pour la co-construction d’un avenir ensemble. Le monde place désormais l’économie sociale à l’avant-scène du développement des communautés, le Québec rayonne de par son expertise, son dynamisme en économie sociale et Lanaudière y contribue à sa juste part. En unissant nos efforts pour générer de l’activité économique sous forme collective et locale, nous outillons nos coopératives et OBNL pour qu’elles assurent un développement humain, viable, responsable et durable.

Nicolas Marceau
Député de Rousseau
Dominique De Smet
Caisse d'économie solidaire Desjardins
Karelle Massy
Jeune mentor de la CAJA

canne-fr4Que pensez-vous de l'annonce de la Fédération comme quoi le sirop d'érable est désormais conforme au norme judaïque ?

Terre de Chez nous :

Le sirop d’érable, symbole du folklore québécois, est désormais conforme aux lois du judaïsme. En effet, la Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ) a conclu une entente avec le certificateur MK afin que sa réserve stratégique d’environ 81 millions de livres de sirop d’érable soit désormais certifiée cachère.

Une cinquantaine de producteurs auraient refusé le certification !

http://www.laterre.ca/actualites/alimentation/sirop-derable-desormais-conforme-a-culture-juive.php

20161016 114644Les employé-es étaient réunis en assemblée générale le dimanche 16 octobre dernier pour prendre position sur l’offre «  globale et finale  » du comité de négociation patronal. « La dernière proposition de l’employeur ne correspondait pas du tout à nos objectifs de négociation. C’est donc sans surprise que l’offre a été rejetée à 98 % par les membres présents à l’assemblée. Nous avons essayé de l’éviter le plus longtemps possible, mais nous n’avons plus le choix. Keolis – division Lanau Bus devra faire face à une grève de ses employé‑es qui sont gonflés à bloc ! » a déclaré Yvon Bérubé, président du Syndicat des employé‑es de Lanaubus (CSN). Conformément aux dispositions du Code du travail, un avis de grève a été envoyé à l’employeur et au ministère du Travail en date du 17 octobre. La grève générale illimitée débutera donc le 27 octobre à 4h du matin, et ce, jusqu’à l’obtention d’une entente de principe satisfaisante pour le comité de négociation syndicale.

Les lignes de transport collectifs interrégionales (CRTL) entre les municipalités de la MRC de Montcalm et Joliette, Saint-Jérôme, Montréal, Rawdon seraient touchées

Au cœur du litige : les horaires de travail

Un des irritants majeurs pour les conductrices et conducteurs d’autobus est la confection des horaires de travail. Ils doivent présentement effectuer leur travail sur une période qui peut s’étaler jusqu’à 14 ou 16 heures, selon la durée de la semaine de travail. De plus, les horaires journaliers sont généralement composés de deux ou trois quarts de travail. Parfois, ces blocs sont seulement d’une durée de 2 heures et demie consécutives. Tout cela peut faire en sorte que les travailleuses et travailleurs doivent passer leur journée entière sur les lieux du travail sans être rémunérés pour les temps d’attente entre les quarts de travail. « La qualité de vie des conducteurs est grandement affectée par ces horaires interminables et l’employeur a accusé une fin de non-recevoir à nos demandes sur cet enjeu. Comment peut-on s’occuper de notre famille avec un horaire qui s’étale de 4h du matin à 19h ou encore de 10h à 23h? se questionne M. Bérubé.

La balle est dans le camp de l’employeur

Après avoir consulté les états financiers de Keolis – division Lanau Bus, le syndicat sait que l’entreprise a une marge de manœuvre pour bonifier son offre. En effet, cette filiale de Keolis Canada est en pleine croissance et le syndicat n’a rien trouvé qui pourrait laisser présager une baisse de revenu à court terme pour l’entreprise. « L’employeur a la capacité d’améliorer la qualité de vie et les conditions de travail de ses employé-es. La balle est dans son camp, il doit nous convoquer dès maintenant à la table de négociation et si nous travaillons fort de part et d’autre, il est encore possible d’en arriver à un règlement avant le déclenchement de la grève » a ajouté Nathalie Arguin, secrétaire générale de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) qui était présente à l’assemblée.

À propos de la CSN

Fondée en 1947, la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP) compte plus de 425 syndicats affiliés représentant environ 60 000 membres œuvrant dans le domaine des services publics et parapublics. Le Conseil central de Lanaudière rassemble près de 14 000 syndiqué-es issus des secteurs public et privé. Pour sa part, le Syndicat des employé-es de Lanau Bus (CSN) représente plus de 100 membres travaillant pour l’entreprise Keolis Canada –Division Lanau Bus et effectuant le transport intermunicipal au sein du RTCR (Réseau de transport collectif régional de la MRC de l’Assomption) et du Conseil régional de transport de Lanaudière (CTRL).

Prix du couerDes milliers de jeunes du Québec pourront voter dès aujourd’hui pour leurs publicités Coeur d’or et Coeur de pierre. En effet, 17 associations de consommateurs du Québec, dont l’ACEF Lanaudière, lancent la 14e édition du concours Les Prix du coeur de la publicité. Le public est également invité à choisir sa meilleure et sa pire publicité parmi la sélection en se rendant sur le site web du concours au www.prixducoeurdelapub.com.

Un concours éducatif

Ce concours est une activité pédagogique qui vise à développer l’esprit critique des ados par rapport à la publicité. Il encourage également les jeunes à être des consommateurs responsables. En plus d’être disponible en ligne, le concours se déroule également dans les écoles et certains organismes-jeunesse du Québec.

Les enseignants du secondaire sont invités à s’inscrire dès maintenant et télécharger gratuitement tout le matériel pédagogique nécessaire à la réalisation de l’activité. À la suite du visionnement des publicités, chaque groupe participant doit débattre et sélectionner sa meilleure et sa pire publicité. Le concours se termine le 9 avril 2017 et les groupes de jeunes ayant retourné leur vote courent la chance de gagner un iPad Mini 2 ainsi que des cartes iTunes.

Pour voter ou pour plus de détails, rendez-vous sur www.prixducoeurdelapub.com.

grizzlyC'est officiel, le restaurant du Complexe JC Perreault peut désormais servir de la boisson aux heures réglementaires.

Finalement après des mois de négociations et d'attente le service complet de boissons alcoolisées est désormais possibles.

Réservez vos places !

http://restaurantgrizzlys.ca/