Économie

CLD Montcalm MRC dissolutionLes effets de la Loi 28, se font voir dans la MRC. Après avoir donné un sursis au CLD, les maires entreprennent une refonte. L'objectif premier, faire vivre l'économie Montcalmoise.

Pour l'instant la décision est prise, 4 emplois sont abolis, et ce, dès le 8 août prochain, mais les employés peuvent appliquer sur les nouveaux postes.

Dans les faits, la MRC reprend tous les pouvoirs sur le CLD, l'exécutif comportera 5 maires et 5 membres de la société civile.

Le processus d'embauche se déclenchera rapidement pour assurer la poursuite du mandat. Tous les actifs et l'argent du CLD seront transférés à la nouvelle entité dans son entièreté. Les maires ne veulent pas qu'aucun argent ne serve à renflouer les coffres de la MRC.

À la base, cela permettra d'éviter des dédoublements et de partager des ressources.

On se rappelle que lors du dépôt de la Loi, les maires avaient donné un sursis au CLD en attendant de voir la suite.

Tout est enclenché pour trouver un directeur général et redémarrer très prochainement les services offerts par le CLD.

La priorité, le développement économique pour appuyer la petite et moyenne entreprise de Montcalm.

Pierre La Salle
Président CLD Montcalm

DSC 0017Le Comité des citoyens sous hautes tensions (CSHT) a fait son boulot, ils ont représenté les gens auprès de la Société de l'Énergie, où ils se sont fait dire que ce n'était pas le bon endroit... Et puis, ils ont défendu leur rapport au Bureau d'audience publique en environnement (BAPE). Maintenant, il ne reste qu'aux élus de faire valoir ce rapport qui répond aux demandes des citoyens.

Chantal Lapointe présidente, Pierre Cyr  secrétaire, André Dallaire, porte-parole, convocaient les médias au golf de Rawdon, au même endroit où les consultations publiques du BAPE ont eu lieu. consultation qui a coûté plus de 11 millions de dollars et que le gouvernement n'a même pas regardé.

Selon les paroles d’H-Q, comme déposé à la Régie de l’énergie, les coûts d’études environnementales, techniques et économiques, ainsi que les coûts de consultations avec le milieu et les coûts de gestion, sont indissociables des coûts liés au développement du projet, soit 11,6 M$, ce qui représente moins de 1 % du cout total du projet.

Ce n'est pas fini tant que ce n'est pas fini, alors maintenant c'est au tour des élus et des citoyens de se faire entendre, on ne lâche pas la serviette. Lors de l'annonce que le gouvernement irait de l'avant le 24 avril dernier, le ministre responsable du BAPE, M. Heurtel, brillait par son absence. C'était peut-être sa façon de dénoncer le projet !

 

Pétition aux fins d'obtenir le respect minimal dû au BAPE
et aux conclusions de son rapport relatif au projet de ligne de transport
à 735 kV, devant relier le Lac-St-Jean et l'île de Montréal

https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-5363/index.html

Il est important de signer la pétition, et de confirmer par la suite lors de la réception d'un courriel.

Chantal Lapointe
Présidente
Citoyens Sous Haute Tension

Avis: Une erreur s'est glissé lors de l'entrevue. Le montant pour la consultation publique a été de 11,6 millions et non pas 100 millions $

Danielle H. Allard
Préfète MRC de Montcalm

Selon le premier ministre, le projet permettra 1000 emplois sur 5 ans de 2015 à 2018 (un calcul trop difficile pour M. Couillard, nous ne sommes pas sortie du bois !)

Le seul objectif de la Roumaine est l'exportation selon les devis d'Hydro-Québec, encore des projets Charest qui ne seront jamais rentables, car les États-Unis peuvent produire à environ 6 sous le kWh, pourquoi achèteraient-ils à 10 sous ?

Un projet de 1,3 milliard, soit plus d'un million par emploi !

Plus de 2 milliards de dollars de notre argent seront perdus aux mains des États-Unis, payées par nous les Québécois, pour que cela rapporte environ 200 millions bruts et des pertes à tout jamais. L'objectif : augmenter les chiffres d'affaires même si nous y perdons au change. Les augmentations des coûts d'Hydro-Québec ne finiront pas de sitôt !

Selon Hydro-Québec, une ligne de 735kv transporte près de 5 fois le courant des lignes 315kv, car celles-ci sont des passoires et sont aussi en fin de vie utile, pourquoi ne pas en remplacer 1 sans tout détruire sur son passage, cela respecterait la Loi sur le développement durable.

Pour le trajet au US, la ligne sera souterraine, mais ici au Québec, nous ne valons pas cela !

Le tout pour transporter le courant vers les États-Unis, qui sera vendu à perte, comme pour le éoliennes, qui paiera nous ! nous et nous !

Un peu d'histoire
Au début la ligne Chamouchoane / Bout-de-l'Ile devait passer par la Mauricie et remplacer une ligne de 315 kv le long de la 40 pour arriver à destination. Sans tambours ni trompette, les citoyens des circonscriptions libérales ont levé le doigt et le trajet est déménagé... dans Lanaudière en 2011. Plus coûteux, plus encombrant, plus dérangeant... pas de problème, ce ne sont que des péquistes.

4 solutions proposées qui respecte la Loi sur le dévleoppement durable :

  • Une ligne au départ du poste Saguenay et passant par le poste Périgny pour aller se raccorder au réseau 315 kV à recycler.
  • Une ligne au départ du poste Saguenay et passant par le poste Jacques-Cartier pour aller se raccorder au réseau 315 kV à recycler
  • Une ligne 735 kV au départ du poste Micoua jusqu'à Bersimis et un départ de ligne d'un poste 315/735 permettant de se raccorder au réseau 315 kV à recycler entre Bersimis et Québec.
  • Une ligne permettant le recyclage du circuit à 230 kV tel que présenté dans un mémoire présenté au BAPE

Un peu d'histoire : Au début la ligne Chamouchoane / Bout-de-l'Ile devait passer par la Mauricie et remplacer une ligne de 315 kv le long de la 40 pour arriver à destination. Sans tambours ni trompette, les citoyens des circonscriptions libérales ont levé le doigt et le trajet est déménagé... dans Lanaudière en 2009. Plus coûteux, plus encombrant, plus dérangeant... pas de problème, ce ne sont que des péquistes.

Depuis 3 ans, le CSHT a fait le travail, supporté par les villes de Lanaudière, particulièrement par 6 MRC qui approuvent le rapport du BAPE et qui demandent le recul du gouvernement... mais le gouvernement ne veut pas rencontrer ces empêcheurs de tourner en rond...

M. André Dallaire est cinglant, il ne faut pas laisser cela à nos enfants, je ne veux pas que ceux-ci me disent un jour "Grand-papa tu as dormi au gaz". Le projet est désastreux pour l'environnement, pour l'économie, pour l'agrotouristique, pour le tourisme, etc... Bien sûr, Hydro-Québec accepte de rencontrer le CSHT la semaine prochaine, mais ne veut pas voir M. Dallaire !

PROJET DE LIGNE À 735 KV DE LA CHAMOUCHOUANE-BOUT-DE-L'ÎLE : POURQUOI REFUSER DE RECONNAÎTRE LA PERTINENCE DU BAPE ?

Cela fait maintenant près de trois ans que des citoyens et citoyennes de Lanaudière, regroupé au sein de l'organisme Citoyens sous Haute-Tension (CSHT), interrogent et interpellent Hydro-Québec sur le projet de nouvelle ligne à 735 kV de la Chamouchouane-Bout-de-I'Île.
Cette nouvelle ligne de transport d'électricité s'étalerait sur 400 kilomètres . du poste de la Chamouchouane, au Lac-Saint-Jean, jusqu'au nouveau poste Judith-Jasmin, à Terrebonne ..

Au cours de ces trois années, CSHT a travaillé de concert avec les élus lanaudois, dans'Ie respect des institutions et des bonnes pratiques en matière d'expression populaire. Ce travail s'est' soldé par des dizaines de résolutions de municipalités et d'organismes du milieu opposes' au projet; par plusieurs milliers de signatures de citoyens sur des pétitions contre le projet et par une résolution des six MRC lanaudoises contre le projet.

Le BAPE bafoué et son rapport tabletté par le Gouvernement moins d'un mois après sa publication.

Dans son rapport 313, le BAPE a conclu que le processus d'examen environnemental du projet « devrait faire l'objet d'une pause, le temps d'acquérir de l'information supplémentaire', d'autant'plus que le promoteur dispose d'une marge de manoeuvre.» Il conclut aussi que le promoteur,Hydro-Québec TransÉnergie, « pourrait chercher à recourir à des emprises existantes notamment en Mauricie et dans Lanaudière, pour remplacer par une ligne à 735 kV des lignes à plus bas voltage en fin de vie utile» et que le promoteur «n'a pas produit d'étude ni démontré de façon satisfaisante que ce.la. n'est pas envisageable sur les plans humain, écologique et économique. » .

Ce rapport a été produit à la suite d'une consultation publique et d'une analyse'rigoureuse de tous les éléments présentés, sans contrainte réglementaire et avec seul intérêt le respect de la Loi sur le développement durable. CSHT est navré de constater le peu de considération accordée aux conclusions du BAPE. Nous sommes d'avis que le Gouvernement doit impérativement appliquer les recommandations du BAPE. Cette absence de considération mine la confiance· de la population dans l'administration du processus consultatif et met en danger la crédibilité de cette institution démocratique de consultation publique.

À qui profite cet investissement payé à même la poche des Québécois?

Faut-il le rappeler, Hydro-Québec a toujours dit que l'électricité produite par le complexe de la Romaine était d'abord pour l'exportation, Hydro-Québec a toujours répété que la ligne Chamouchouane-Bout-de-l'Île servira pour la Romaine, donc la ligne Chamouchouane-Bout-de-l'Île servirait pour l'exportation.

L'acheteur américain annonçait, tout juste avant l'annonce de la construction de la ligne faite par le Premier Ministre Couillard, que la voie était maintenant libre jusqu'à New York pour une livraison en 2018. L'exportation, oui, mais à quel prix? Qui va payer cette ligne? Ce sera encore le client québécois d'Hydro-Québec?

Et pourquoi? Pour subventionner nos compétiteurs américains? Bien des questions demeurent sans réponse, une fois de plus.

Afin de donner une voix à tous ceux qui partagent notre vision favorisant le développement du Québec au profit des générations futures, pour tous ceux et celles qui croient que l'opinion citoyenne apporte autant que la théorie des experts d'Hydro-Québec, CSHT met en ligne sur le site de l'Assemblée nationale une pétition exigeant du Gouvernement qu'il reconnaisse la légitimité du BAPE.

Titre de la pétition :
Pétition aux fins d'obtenir le respect minimal dû au BAPE et aux conclusions de son rapport relatif au
projet de ligne de transport à 735 kV, devant relier le Lac-St-Jean et l'île de Montréal

https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-5363/index.html

Il est important de signer la pétition, et de confirmer par la suite lors de la réception d'un courriel.

 DSC0496L'objectif du salon était de promouvoir les commerces d'ici, une quarantaine de commerces avaient répondu à l'appel de la Chambre de Commerce et d'Industries de Montcalm.

Plusieurs activités avaient lieu ce week-end, et l'achalandage aurait pu être plus grand, ce n'est peut-être que partie remise, il y aura probablement un changement de date si l'événement se reproduit l'an prochain.

Pourtant les organisateurs ont tout tenté, même la distribution de feuillet promouvant l'événement.

Un bel essai, pour la promotion de l'achat local.

...téléchargement des images...

DSC 0676Le premier Salon Équestre avait lieu vendredi et samedi, le 1er et 2 mai 2015, 34 kiosques de tous genres, que ce soit pour les propriétaires de chevaux, pour les amateurs ou pour savoir ce qui est offert dans la région.

Cours, camp de jour et nouveautés pour les soins des chevaux. Plusieurs kiosques présnetaient des produits novateurs et tout une variété d'accessoires.

Une première édition qui devrait se renouveler l'an prochain.

Mantenant, c'est au tour du populaire Festival Country de prendre la place du 6 au 10 mai au Centre Sportif et à la Salle l'Opale

Défi taureau mécanique
Patrick Massé
Johanne Desormeaux
Linda Fournier
et plus!

Rencontrez les exposants
avec leur savoir-faire

11071006 10152837461997987 2746344674945059888 n

...téléchargement des images...

csn

Les coupes budgétaires, seulement en santé et services sociaux, ont atteint 13,5 M$ en 2014-2015 pour l’ensemble de Lanaudière. Les mauvaises nouvelles ne sont par ailleurs pas terminées puisque le dernier budget Leitao prévoit une augmentation de l’enveloppe du ministère de seulement 1,4 % qui sera accaparé en majorité par la hausse salariale déjà négociée avec les médecins.

« Les femmes sont les premières visées par ces compressions puisqu’elles occupent la grande majorité des emplois salariés dans le réseau de la santé et des services sociaux et qu’elles subissent aussi les baisses de services comme citoyennes », avance Francine Ranger, présidente du Conseil central de Lanaudière - CSN. La présidente ajoute que Lanaudière faisait déjà partie des trois régions où il manque le plus de ressources en santé et services sociaux au Québec. Si l'on se compare à la dépense de référence, on constate en effet un retard de 4,7 % en dépenses dans les programmes de santé et services sociaux en 2014-2015. Alors qu’il faudrait un rattrapage, le gouvernement compresse encore.

« Les impacts de coupes budgétaires dans les services de santé et d’éducation peuvent toucher davantage les femmes que les hommes lorsque des services publics ne sont plus offerts. Les rôles sociaux sont encore largement découpés selon les sexes et les femmes sont en effet plus souvent responsables des tâches entourant les soins aux autres dans la sphère privée », fait valoir Flavie Trudel, militante de la CSN dans Lanaudière et enseignante au cégep régional. Cette dernière a recensé plusieurs coupes récentes du gouvernement Couillard qui touchent particulièrement les femmes : abolition de la CRÉ (19 des 22 employés étaient des femmes), hausse des tarifs des CPE qui peut se traduire par la décision de plusieurs femmes (plus bas salaire du couple ou rôle plus rattaché aux enfants) de quitter leur emploi, réduction des effectifs au niveau du Conseil du statut de la femme, coupe dans les commissions scolaires, dans l’aide aux devoirs et dans les programmes des groupes communautaires (dont ceux qui s’occupent des victimes de violence conjugale), etc.

Coup dur pour la prévention en santé

Les femmes et toute la population seront également affectées par le démantèlement aveugle de l’instance chargée de la santé et services sociaux. L’abolition de l’Agence régionale de la santé de Lanaudière, combinée à une coupe de 30 % du budget consacré à la santé publique cette année, ne feront rien pour améliorer les mesures de prévention en santé. Or, la prévention est le moyen le moins coûteux de désengorger les urgences et la première ligne de soins.

« La fin des agences donne lieu à des aberrations dans Lanaudière. Par exemple, on replace une sociologue de formation spécialisée depuis plusieurs années dans la planification régionale des services en santé mentale comme intervenante auprès de jeunes ayant fait des tentatives de suicide. La réforme Barrette vise plus à créer d’immenses structures centralisées qu’à aider les usagers », indique Louise Lemire, présidente de la section locale du Syndicat des technicien-nes et des professionnel-les de la santé et des services sociaux du Québec (STEPSQ-FP-CSN), affilié à la Fédération des professionnèles (FP-CSN). Le STEPSQ tient d’ailleurs son conseil syndical provincial à Joliette aujourd’hui et demain.

À propos

Le Conseil central de Lanaudière - CSN regroupe les syndicats CSN sur le territoire de Lanaudière. Il représente 86 syndicats et plus de 14 000 membres dans tous les secteurs d'activité. La Fédération des professionnèles (FP-CSN) compte quelque 8 000 membres qui oeuvrent dans plusieurs secteurs, dont ceux de la santé et services sociaux et du développement régional et local (CLD, CRÉ, et CDEC). Le STEPSQ-FP-CSN représente 2 400 techniciens-nes et professionnels-les de la santé et des services sociaux œuvrant dans différentes missions : Centre hospitalier universitaire, CSSS, Centres de réadaptation et (ex) Agences de la santé et des services sociaux. Ses membres sont originaires de 12 établissements du réseau répartis dans 6 régions du Québec

11155062 843258615729299 2299134926676929665 oC’est avec une immense fierté que l’équipe du Buffet Accès Emploi a remporté un Excelsiors – Catégorie SERVICES, remis par la Chambre de commerce du grand Joliette vendredi dernier.

En effet, le Buffet Accès Emploi, entreprise d’économie sociale, s’est démarqué cette année en remportant un trophée Excelsiors dans la catégorie SERVICES. Aux dires du jury, c’est grâce à l’excellence opérationnelle, l’apport stratégique marketing et à la stabilité de ses employés que le Buffet Accès Emploi s’est démarqué dans cette catégorie.

L’entreprise a souvent été récompensé pour son travail en tant qu’organisme à but non lucratif, par contre de se distinguer par l’excellence de son SERVICE TRAITEUR montre à quel point l’entreprise a su évoluer à travers la forte compétition du domaine de l’alimentation. Avec des revenus totalisant plus d’un quart de millions, le Buffet Accès Emploi peut affirmer qu’il est en plein essor économique et par le fait même, très bien positionné dans le marché actuel. N’oublions pas de souligner que les entreprises d’économie sociale font partie de solutions
innovatrices puisqu’elles s’inscrivent dans un autre modèle économique où les êtres humains sont au coeur de l’action.

En terminant, le Buffet Accès Emploi tient à partager ce prix avec tous ses partenaires, spécialement Emploi Québec qui finance l’entreprise depuis le début, ainsi qu’avec l’ensemble de ses employés, les membres de son Conseil d’administration et surtout sans oublier, ses quelques 80 apprentis-cuisiniers.

Session dappropriation Joliettees 15 et 21 avril dernier, le CREVALE recevait une trentaine de partenaires lanaudois lors de sessions d’appropriation des trois outils créés par l’organisme Réunir Réussir (R2). Animée par madame Marie-Josée Langlois, responsable du transfert de connaissances pour R2, la présentation a permis d’outiller les acteurs locaux dans la planification et la pérennisation d’actions efficaces en persévérance scolaire. Par le moyen d’exercices concrets, les participants ont revu les étapes menant au déploiement de ces actions au regard, entre autres, de la mobilisation régionale et des objectifs poursuivis.

Au terme de ces journées, les participants ont acquis de nouvelles connaissances pour développer et renforcer leurs actions et leurs stratégies, mais également des pistes pour réaliser les bilans de leur projet. Les commentaires suivants témoignent de la satisfaction des participants : « Les exercices pratiques m’ont réellement aidée à envisager la suite de nos projets »; « Non seulement je vois l’utilité de cette formation pour nous aider dans la démarche de pérenniser notre projet, mais j’y vois une réelle application au développement de projets à venir ».

Madame Ann-Marie Picard, directrice du CREVALE, s’est dite heureuse qu’autant de partenaires aient accepté l’invitation et rappelle l’importance d’une telle initiative pour l’organisme : « La réponse et les commentaires de satisfaction des participants confirment l’intérêt et le besoin des organisations lanaudoises d’acquérir de nouvelles connaissances. Le CREVALE est heureux d’avoir pu jouer son rôle consistant à favoriser l’échange de connaissances et d’expertise pour améliorer les pratiques en réussite éducative dans la région. »

Qu’est-ce que le Comité régional pour la valorisation de l’éducation?

Le CREVALE est l’instance régionale de concertation sur la persévérance scolaire et la réussite éducative (IRC) de Lanaudière. Il est au carrefour de toutes les personnes œuvrant à la réussite éducative des élèves lanaudois. Ce qui le distingue des autres acteurs de la persévérance scolaire est son rôle en matière de mobilisation des acteurs locaux et régionaux et de développement de partenariats locaux voués à la promotion des conditions de réussite éducative.

Le financement du CREVALE est assuré par une entente de partenariat en valorisation de l’éducation appuyée par les Commissions scolaires des Samares, des Affluents et Sir-Wilfrid-Laurier, le Cégep régional de Lanaudière, l’Université du Québec à Trois-Rivières, la Table de l’éducation de Lanaudière, la Conférence régionale des élu(e)s de Lanaudière, le Forum jeunesse Lanaudière, l’Agence de la santé et des services sociaux de Lanaudière,  la direction régionale du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport ainsi que celle du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire. D’autres partenaires contribuent au financement du CREVALE, en l’occurrence l’organisme Réunir Réussir et Emploi-Québec.   

lancementUn clan de plus dans la belle grande famille du Réseau des Mères en Affaires! C'est donc avec plaisir qu'on vous invite à venir célébrer avec nous le lancement du clan de Lanaudière le 20 mai prochain, dès 19h, au Bistro McTavish du Vieux-Terrebonne!

Des bouchées vous seront offertes, ainsi qu'une consommation et pour celles qui voudront prendre un repas sur place, elles auront le loisir de le faire à leurs frais. Un sac-cadeau débordant de surprises vous sera remis!

Pour celles qui voudraient payer à la porte, veuillez communiquer avec nous à reseaumeresaffaires@gmail.com.

 MENTIONS LÉGALES

Le droit à l'image des personnes physiques
La reproduction de l'image d'un groupe ou d'une scène de rue dans un lieu public est permise, sans besoin de solliciter le consentement de chaque personne photographiée. On considère que l'image ne porte pas atteinte à la vie privée car la personne se trouvant dans un lieu public a consenti à être exposée aux regards des autres.

Tous droits réservés : photos et vidéos
Vous êtes invités à partager les images et les vidéos de La Plume Libre Montcalm, par contre vous devez obtenir une autorisation écrite de notre part pour toute utilisation commerciale ou pour toute manipulation de vidéo.

Merci
L'Équipe de Plume Libre Montcalm