Économie

5 AUTRES VIDÉOS DANS CET ARTICLE

 DSC3848La Table régionale d'économie sociale de Lanaudière organisait pour la première fois une soirée de collecte de fonds en offrant une soirée d'humour avec Martin Félip, Marco Métivier, Dominick Léonard et Guy Bernier à la Salle l'Opale jeudi dernier.

À l'animation M. Paul Boissonneault, humoriste et conférencier, une soirée fort agréable, qui a aussi permis de se familiariser avec l'économie sociale, moteur important de l'économie québécoise.

Entrevue
Paul Boissonneault

Humoriste et conférencier

Guy Bernier
Humoriste

Darllie Pierre-Louis
Présidente TRESL

Marc-André Brûlé
Coordonnateur TRESL
Allocutions
Paul Boissonneault
Maître de cérémonie
Humoriste et conférencier
www.paulboissonneault.com

Patrick Massé
Maire St-Lin-Laurentides

Marc-André Brûlé
Coordonnateur TRESL
Témoignage
Suzanne Léveillé
Michael Bélanger
Buffet Accès Emploi
BAE
Témoignage
Karelle Massy
Jeune mentor de la CAJA
Coopérative
Action Jeunesse
de l'Assomption
Témoignage
Anne-Marie Calice
Stacy Mongeau
Philippe Dubois
Pierre-Luc Archambault
Atelier Spécialisé les Moulins
ASM

DSC 3359Le Parti Québécois réussit à obtenir un engagement ferme du gouvernement :il n’y aura pas d’augmentation

Alors que le secteur des microbrasseries québécoises poursuit sa forte expansion, et que le talent de leurs artisans est de plus en plus reconnu à travers le monde, une inquiétude demeurait : on craignait une augmentation de la taxe spécifique imposée à l’achat de leurs produits, comme le recommandait le rapport Godbout. Or, ce matin, devant l’insistance du Parti Québécois, le gouvernement libéral s’est fermement engagé à ne procéder à aucune augmentation de cette taxe.

On se souviendra, en effet, que le rapport de la Commission d’examen sur la fiscalité québécoise recommandait d’augmenter la taxe spécifique pour les microbrasseries. « C’était tout simplement insensé d’envisager de hausser cette taxe. Le secteur des microbrasseries, au Québec, c’est 130 entreprises et quelque 3800 emplois directs. Souvent, elles ont été créées par de jeunes entrepreneurs qui reviennent ou viennent s’établir en région afin de contribuer activement au développement de celles-ci. Le Québec a besoin d’eux; ils dynamisent et valorisent nos régions, en plus de faire notre fierté à travers le monde », a insisté Nicolas Marceau, député de Rousseau.

« De la part d’un gouvernement, c’était totalement irresponsable de laisser planer un doute à propos d’une éventuelle hausse de taxes pour ces entreprises en particulier. Partout au Québec, des microbrasseurs ont suspendu leurs investissements en attendant de voir ce que feraient les libéraux. On pouvait aisément comprendre ces craintes très légitimes, et notre parti devait défendre les intérêts de ces entreprises. Que le gouvernement se soit finalement engagé à ne pas augmenter la taxe est une bonne nouvelle », a ajouté le député.

Celui-ci a par ailleurs rappelé que c’est sous l’impulsion d’un gouvernement du Parti Québécois que le secteur des microbrasseries a connu un formidable essor, à partir de 1996, jusqu’à devenir, aujourd’hui, un des fleurons du savoir-faire québécois. « Les produits de nos microbrasseurs remportent régulièrement des prix prestigieux lors des compétitions brassicoles internationales. Ils sont parmi les meilleurs au monde. Le gouvernement doit continuer de leur apporter tout le soutien nécessaire », a conclu Nicolas Marceau.

IMG 0551La MRC de Montcalm a eu l’honneur de recevoir la visite du ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT), M. Pierre Moreau, le 30 octobre dernier. Organisée par la ministre responsable de la région de Lanaudière, Mme Lise Thériault, cette rencontre avait pour but de discuter du schéma d’aménagement révisé de la MRC, présenté au MAMOT en mars dernier, et qui n’a toujours pas reçu l’aval du Ministère.

Un comité a été formé pour représenter les membres du conseil lors d’un court entretien avec le ministre. Composé de Mme Danielle H. Allard, préfète, M. Patrick Massé, maire de Saint-Lin–Laurentides, M. Georges Locas, maire de Saint-Roch-de-l’Achigan, Mme Line Laporte, directrice générale et secrétaire-trésorière de la MRC et de M. Michel Collins, consultant de la firme BC2, ce comité s’est exprimé sur le projet de schéma de la MRC.

Ils ont mentionné au ministre que le document présenté au MAMOT était le résultat de plusieurs années de travail et de réflexion et qu’il a été adopté à l’unanimité par les membres du conseil. Mme Allard a renchéri : « La MRC de Montcalm a mis beaucoup d’effort pour se donner une vision de développement et assurer une cohérence dans l’aménagement de son territoire. Notre schéma révisé reflète les caractéristiques de notre MRC et vise à protéger nos agriculteurs. Il tient compte aussi des orientations qui ont découlé de plusieurs exercices de planification et de concertation. De plus, les exigences du MAMOT ont été respectées. »

Le comité a profité de l’occasion pour expliquer au ministre comment il était difficile pour les MRC au Québec de faire approuver leur schéma d’aménagement. Ils lui ont demandé d’aborder la question avec les gestionnaires des différents ministères impliqués dans l’analyse des projets de schéma d’aménagement afin que ces derniers puissent analyser les dossiers, non pas en fonction d’une grille uniforme à l’ensemble de la province, mais plutôt selon les spécificités des régions.

En terminant, la préfète s’est dite satisfaite de la rencontre avec le ministre Moreau et souhaite que celle-ci ait un impact positif sur la suite des choses, non seulement pour Montcalm, mais pour l’ensemble des MRC. « Le schéma d’aménagement de la MRC de Montcalm a été élaboré en collaboration avec les acteurs du milieu et il est attendu de tous. Ce dossier fait d’ailleurs l’objet de discussions à toutes les séances du conseil. Le ministre Moreau s’est montré à l’écoute des élus de Montcalm. Je souhaite maintenant que notre schéma révisé soit approuvé dès que possible afin que nous puissions lancer nos projets de développement pour l’essor de notre territoire. J’ai également le même souhait pour les autres MRC dans la même situation que Montcalm », de conclure Mme Allard.

Au terme de l’entretien du comité avec le ministre, plusieurs maires et mairesses des municipalités locales se sont joints à la rencontre afin de saluer M. Pierre Moreau.

Lanaudière 002Excédés par les propositions dégradantes du gouvernement et par les attaques à leurs conditions de travail, les 18 959 travailleuses et travailleurs des services publics membres du Front commun, dont 6 500 de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) sont en grève aujourd’hui dans la région de Lanaudière.

« Ça fait plus d’un an que nous avons entamé la négociation et les 6 500 employé-es des services publics de Lanaudière sont sans contrat de travail depuis le 31 mars 2015. Là, ça ne va plus, il faut que ça bouge! » a déclaré Laurent Smith, président du Syndicat du personnel de soutien scolaire de Lanaudière – CSN, durant une importante mobilisation de plus de 500 personnes devant la Commission scolaire des Samares.

« Avec son offre de geler les salaires pendant deux ans, le gouvernement se moque de nous », a poursuivi Martin Ménard, vice-président du Syndicat des employés d’entretien de la Commission scolaire des Samares-CSN. « Continuer de s’appauvrir en travaillant toujours plus, personne n’accepterait ça ».

En plus de rester ferme sur sa proposition salariale, le gouvernement souhaite réduire les rentes à la retraite en faisant passer de 5 à 8 ans la période de calcul du salaire moyen, en plus de repousser de 60 à 62 ans l’âge de la retraite sans pénalité. « Nous n’avions aucune demande à ce sujet puisque le régime de retraite est en excellente santé. Que le gouvernement s’en prenne à un régime capitalisé à plus de 98 % nous démontre à quel point c’est un combat idéologique de leur part », a continué Nathalie Arguin, secrétaire générale de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), qui participait aux activités de mobilisation dans Lanaudière.

Le portrait est aussi sombre du côté des tables de négociations sectorielles où les attaques aux conditions de travail sont toutes aussi agressives, dans tous les secteurs d’emploi.

« Il ne faut pas oublier que ces 6 500 personnes se battent aujourd’hui pour obtenir des conditions de travail justes, équitables et nécessaires pour maintenir les services qu’ils nous offrent chaque jour. Si vous croyez encore que le public coûte cher, imaginez ce que serait Lanaudière sans eux » a conclu Francine Ranger, présidente du Conseil central de Lanaudière, également présente pour appuyer les membres de la région en grève.

À propos

Le Conseil Central de Lanaudière-CSN représente 14 000 membres dans les secteurs public et privé répartis en 89 syndicats sur tout le territoire lanaudois. Aujourd’hui, le 26 octobre 2015, dans la région de Lanaudière, près de 6 500 membres de la CSN sont en grève dans les établissements suivants :

Centre de réadaptation La Myriade
Centres jeunesse de Lanaudière
Centre de santé et de services sociaux du Sud de Lanaudière
Centre de santé et de services sociaux du Nord de Lanaudière
Agence de la santé et des services sociaux de Lanaudière
Cégep régional de Lanaudière - Joliette, Terrebonne, Repentigny
Commission scolaire des Samares
Centre de réadaptation en dépendance de Lanaudière
Commission scolaire des Samares
Cégep régional de Lanaudière - Joliette
Cégep régional de Lanaudière - L'Assomption
Cégep régional de Lanaudière - Terrebonne

...téléchargement des images...

 DSC3835Dans la foulée du mouvement « On ferme! Le communautaire, dehors contre l’austérité », la députée de Joliette, Véronique Hivon a réitéré son appui au milieu communautaire joliettain. Elle demande au gouvernement de reconnaître leur travail et de rehausser le financement des organismes communautaires.

« Le milieu communautaire peut compter sur mon appui et celui du Parti Québécois. Les organismes communautaires accomplissent un travail extraordinaire auprès des personnes les plus vulnérables. Comptant déjà sur des ressources extrêmement limitées, l’austérité libérale qui souffle sur le Québec les oblige maintenant à couper dans leur personnel et dans les services offerts. Ce sont les personnes les plus vulnérables qui, encore une fois, font les frais de l’austérité libérale. C’est inacceptable ! », a dénoncé Véronique Hivon.

La députée de Joliette a rappelé qu’elle était une fidèle alliée du milieu communautaire et toute l’importance que représente cette cause à ses yeux.

« Lorsque j’étais ministre déléguée des Service sociaux, nous avions entamé des travaux et des discussions avec le milieu communautaire sur la question du financement. D’ailleurs, le gouvernement du Parti Québécois s’était engagé à rehausser de 162 M$ le financement des organismes communautaires. Malheureusement, ce n’est pas la voie qu’a choisi le gouvernement libéral. En refusant de rehausser leur financement, ce gouvernement les contraint à rationner leurs services et prive des milliers de personnes vulnérables d’un soutien qui leur est pourtant essentiel. Le gouvernement doit s’asseoir avec les organismes et reconnaître une fois pour toutes le travail précieux qu’ils réalisent au quotidien et le filet social qu’ils représentent », a ajouté Véronique Hivon.

csn lanaudiereLes membres du Front commun dans Lanaudière feront la grève le 26 octobre prochain. Advenant que l’impasse persiste aux tables de négociation, d’autres journées de grève seront à prévoir les 9 et 10 novembre ainsi que les 1er, 2 et 3 décembre.

Nombre de membres en grève : 18 959

Établissements visés par la grève

Commissions scolaires
  • C.S. des Affluents
  • C.S. des Samares
  • C.S. Sir-Wilfrid-Laurier (en grève les 26 et 29 octobre)

Cégeps
  • Cégep régional de Lanaudière – Siège social
  • Cégep régional de Lanaudière – Joliette
  • Cégep régional de Lanaudière – L’Assomption
  • Cégep régional de Lanaudière – Terrebonne

Santé et services sociaux
  • Agence de la santé et des services sociaux de Lanaudière
  • Centre de réadaptation en déficience physique Le Bouclier
  • Centre de réadaptation en dépendance de Lanaudière
  • Centre de réadaptation La Myriade
  • Centres jeunesse de Lanaudière
  • CHSLD de la Côte Boisée inc.
  • CSSS du Sud de Lanaudière
  • CSSS Nord de Lanaudière
  • Groupe Champlain inc (Le Château)
  • Vigi Santé ltée (Yves Blais)

Certains services pourraient être perturbés ou fermés.

IMG 20151102 111005Réunis devant l’hôtel Château Joliette, des dizaines de militantes et militants de la région ont tenu à accueillir le ministre libéral dans le cadre du diner mensuel de la chambre de commerce du grand Joliette. Il s’agit en effet d’un ministre libéral qui a répondu favorablement à une invitation en remplacement de la ministre libérale Lise Thériault qui, initialement, devait présenter, dans le cadre d’une conférence, un premier bilan comme responsable politique de la région.

L’occasion demeure donc bien choisie pour les militants syndicaux réunis devant l’hôtel pour signifier auministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises Jean-Denis Girard leur indignation à l’égard de la façon dont se gouvernent les libéraux avec les employés de l’état dans la négociation pour le renouvellement de leur convention collective.

Déjà l’ensemble des régions du Québec ont exercé une première journée de grève en alternance sans pour autant que le gouvernement ne modifie ses mandats aux tables de négociation. Tout porte à croire qu’il n’y aura pas d’avancées significatives d’ici les prochaines journées de grève à moins que l’offre promise par Martin Coiteux en fin de semaine soit plus que sérieuse. Sinon, les syndiqués se verront dans l’obligation de déclencher, cette fois, deux journées de grève consécutives les 9 et 10 novembre prochains.

Les manifestants appellent le gouvernement à faire preuve d’ouverture dans le cadre des négociations du secteur public et ils souhaitent que leur message puisse se rendre aux représentants du gouvernement.

« On ne peut pas réduire nos services publics à une simple colonne de chiffres », indique madame Francine Ranger, présidente du Conseil central de Lanaudière. « Martin Coiteux démontre une insensibilité flagrante devant les besoins de la population du Québec, que ce soit en matière d’éducation, de santé ou de services sociaux. Faudra-t-il attendre que l’ensemble de notre expertise délaisse les réseaux publics pour comprendre l’apport inestimable des employés de l’État à l’ensemble de nos concitoyens? Voilà pourquoi nous sommes maintenant à l’exercice de la grève : pour maintenir l’accessibilité à des services publics de qualité pour l’ensemble de la population et s’assurer que les salariés du secteur public puissent y travailler dans des conditions appropriées » ajoute cette dernière.

Depuis le début des négociations, le gouvernement maintient ses positions initiales en voulant imposer un gel des salaires et des attaques virulentes au régime de retraite. Des mesures qui amèneraient les employés de l’état directement vers l’appauvrissement, maintenant et jusqu’à la fin de leurs jours. « Nous l’avons dit et nous le répétons : Martin Coiteux doit comprendre qu’un gel salarial est tout à fait inacceptable pour les travailleuses et les travailleurs du secteur public. Si le gouvernement veut que les choses progressent aux tables de négociation, il doit déposer de nouvelles offres et retirer ses demandes de recul déraisonnables aux tables sectorielles » ajoute Madame Ranger.

Depuis quelques semaines, la population lanaudoise est en mesure de constater l’ampleur de la mobilisation des employés de l’État dans la région. Des piquets de grève vont se poursuivre la semaine prochaine et au cours du début du mois décembre.

À propos du Conseil Central de Lanaudière-CSN

Le Conseil central de Lanaudière-CSN représente 14 000 membres dans les secteurs public et privé répartis en 89 syndicats sur tout le territoire lanaudois.

csn lanaudiere

Les syndicats csn du secteur public de lanaudière se rencontreNT afin de pEAUfiner leur plan d’action menant à l’exercice de la grève du 26 octobre

L'ensemble des syndicats CSN du secteur public de Lanaudière, représentant plus de 6 500 membres, est réuni aujourd’hui afin d’élaborer le plan d’action des prochains jours, dont le point culminant sera l’exercice de leur première journée de grève. Rappelons que les salarié-es CSN du secteur public lanaudois, tout comme les 400 000 membres du Front commun, ont voté dans une forte majorité en faveur d'une grève tournante de 6 jours pouvant être déclenchée en Front commun dès cet automne. Récemment, le Front commun annonçait publiquement son calendrier de débrayage en alternance dans les différentes régions du Québec. Ainsi, les travailleuses et les travailleurs syndiqué-es du secteur public de la région de Lanaudière, de l’Outaouais, de l’Abitibi-Témiscamingue, des Laurentides, du Saguenay–Lac Saint-Jean et du Nord-du-Québec exerceront une première journée de grève le 26 octobre, puis deux autres journées les 9 et 10 novembre. Finalement, les 1, 2 et 3 décembre seront les trois dernières journées de débrayage, mais cette fois, sur une base nationale en simultané affectant l’ensemble des régions du Québec.

Il y a déjà un an que les négociations ont débuté sans que le gouvernement n’ait répondu aux préoccupations syndicales à l’égard, notamment, du retard salarial, de la précarité des emplois, du recours au secteur privé pour la prestation de services ou encore de la dégradation de l’autonomie professionnelle des salarié-es du secteur public. De plus, le gouvernement demeure intransigeant à l’égard de sa position de gel salarial. Il ne faut pas s’y méprendre avec les avancées aux tables de négociation annoncées ces derniers jours dans les médias. Il ne s’agit là que d’un subterfuge qui ne fait que jeter de la poudre aux yeux à l’opinion publique. Ces soi-disant avancées ne constituent, en quelque sorte, que des retraits par le gouvernement, des demandes de reculs des conditions de travail. À ce jour, aucune des demandes significatives des syndiqué-es n’a trouvé écho aux tables des négociations.

Les salarié-es du secteur public lanaudois souhaitent toujours un règlement négocié avec le gouvernement. Ils sont d’autant plus conscients des impacts éventuels sur la population d’un débrayage, mais l’inflexibilité du gouvernement les pousse à devoir augmenter les moyens de pression et envisager l’utilisation, si nécessaire, du moyen ultime qu’est la grève. Un droit reconnu par la Cour suprême qui s’applique également aux travailleuses et travailleurs du secteur public du Québec. Les intentions ne sont pas de nuire à la population, mais bien d’améliorer leurs conditions de travail et de garantir l’accessibilité à des services publics fortement malmenés par le gouvernement libéral.

Ainsi, les syndicats CSN du secteur public de Lanaudière sont réunis aujourd’hui afin de mettre sur pied leur plan d’action visant à sensibiliser la population à leur cause tout en prévoyant des actions visant à augmenter la pression sur leur direction locale et sur le gouvernement. Ils sont tous à pied d’œuvre pour élaborer les horaires de grève et les activités prévues lors de la première journée de grève et à être exercée, si nécessaire, le 26 octobre prochain.

 MENTIONS LÉGALES

Le droit à l'image des personnes physiques
La reproduction de l'image d'un groupe ou d'une scène de rue dans un lieu public est permise, sans besoin de solliciter le consentement de chaque personne photographiée. On considère que l'image ne porte pas atteinte à la vie privée car la personne se trouvant dans un lieu public a consenti à être exposée aux regards des autres.

Tous droits réservés : photos et vidéos
Vous êtes invités à partager les images et les vidéos de La Plume Libre Montcalm, par contre vous devez obtenir une autorisation écrite de notre part pour toute utilisation commerciale ou pour toute manipulation de vidéo.

Merci
L'Équipe de Plume Libre Montcalm